Près d'un Français sur deux estime que les médias véhiculent fréquemment des fausses informations

Cette étude a été menée dans 27 pays, sur un échantillon de 19 541 personnes.

Seuls 36% des Français affirment avoir confiance dans les journaux et les magazines.
Seuls 36% des Français affirment avoir confiance dans les journaux et les magazines. (MAXPPP)

Près d'un Français sur deux (48%) pense que les journaux et magazines véhiculent fréquemment des fausses informations, proportion qui monte à 52% pour la télévision et la radio, selon une étude Ipsos menée dans 27 pays et publiée vendredi 5 juillet. Selon cette étude "Ipsos global advisor" réalisée en ligne du 25 janvier au 8 février auprès de 19 541 personnes (environ 1 000 en France), la majorité de la population (52% en moyenne) dans le monde estime que la presse écrite diffuse "une large proportion" de fausses informations.

En queue de peloton, la Serbie (82% de la population), la Hongrie (78%) et la Russie (68%) ne font pas confiance aux médias écrits. En ce qui concerne la télévision et la radio, la moyenne mondiale reste inchangée, tout comme le trio de queue. Les Américains sont 61% à estimer que ces médias véhiculent fréquemment des fausses informations (contre 55% pour la presse écrite).

Le bouche-à-oreille plébiscité

Comme d'autres études parues récemment, l'étude souligne la défiance particulière des Français dans les médias, seuls 37% affirmant avoir confiance dans la télévision et la radio, et 36% dans les journaux et les magazines. L'étude souligne aussi que la confiance à l'égard des médias s'est particulièrement dégradée depuis ces cinq dernières années, quel que soit le support, papiers (-21% de score de confiance en 5 ans), comme audiovisuels (-28%).

La seule source d'information qui inspire encore confiance se trouve dans les relations de proximité : plus d'un Français sur 5 (26%) reconnaît faire davantage confiance à une information délivrée par une personne qu'il connaît personnellement. "Alors qu'il n'a jamais été aussi facile d'accéder à l'information, où qu'elle soit dans le monde, ce sont finalement les règles de la proximité qui s'appliquent, comme si seul le bouche-à-oreille, au sens propre, pouvait inspirer confiance : seules les relations personnelles ont gagné en fiabilité au cours des cinq dernières années", remarque Yves Bardon, directeur de la prospective chez Ipsos cité dans un communiqué.