Cet article date de plus de huit ans.

Pierre Salviac renvoyé de RTL après un tweet sexiste

L'ancien journaliste de France Télévisions a lancé sur la plate-forme de microblogging une plaisanterie qui n'a pas été du goût de la direction de la radio.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Salviac, journaliste sportif, pose lors de l'enregistrement de l'emission "On en parle Paris" sur France 3 Ile-de-France, le 12 septembre 2007. (CAPMAN VINCENT / SIPA)

La plaisanterie était de trop mauvais goût. Le journaliste Pierre Salviac, spécialiste du rugby, a été remercié par RTL après avoir posté mercredi 9 mai un tweet injurieux à l'égard de la nouvelle Première dame et des femmes journalistes.

"A toutes mes consœurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver Première dame de France", avait lancé sur le réseau social le chroniqueur de RTL et de l'Equipe TV. Une allusion à peine voilée à Valérie Trierweiler,  journaliste politique et compagne du président nouvellement élu François Hollande. La réaction n'a pas traîné : des dizaines d'internautes ont dénoncé son "machisme", son "sexisme" ou sa "beaufitude".

Il faut dire que l'ancien journaliste de France Télévisions n'en est pas à son coup d'essai. Le 14 janvier dernier, il avait également tweeté à propos du mariage homosexuel :  

RTL réagit au quart de tour

La radio n'a pas mis bien longtemps a réagir. "Dans le cadre d'un message publié sur Twitter, Pierre Salviac a tenu au sujet de ses consœurs journalistes des propos intolérables et totalement inacceptables qui n'engagent que lui et que RTL condamne sans aucune réserve", a déclaré la direction de la station quelques minutes plus tard.

"Pierre Salviac était jusqu'à ce jour un collaborateur occasionnel de RTL parmi d'autres médias. A compter de ce jour, RTL met un terme à toute forme de collaboration" avec lui, a précisé la station à l'AFP. Le patron de l'information de RTL, Jacques Esnoux, avait auparavant dénoncé, lui aussi sur Twitter, la plaisanterie douteuse : "Ton tweet est absolument intolérable. J'y vois un sexisme vulgaire inqualifiable que je condamne".

Deux heures après avoir publié son message, Salviac s'est excusé sur le réseau. "En balançant une vanne, j'ai blessé mes consœurs. Je leur présente mes excuses et retire mon tweet ;-(", a écrit le journaliste, aujourd'hui âgé de 65 ans. Après avoir appris son éviction, il a ajouté :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.