Cet article date de plus de neuf ans.

Panne mondiale pour les services du BlackBerry

Les services du BlackBerry sont toujours perturbés aujourd’hui. Depuis trois jours, des millions d'utilisateurs ne peuvent plus utiliser la messagerie texte et le navigateur internet de ces smartphones. Le constructeur du BlackBerry, le groupe canadien RIM, Research In Motion, indique que cette gigantesque panne de messagerie et de navigation déplorée en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Inde et en Amérique latine provenait d'une défaillance de commutateur au sein de son réseau.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France ©REUTERS/Mark Blinch)

“Les retards de messagerie et de navigation (...) ont été provoqués par la défaillance d'un commutateur central au sein de l'infrastructure de RIM”, explique le groupe.
“En conséquence, une accumulation de données s'est créée et nous travaillons à présent à rattraper ce retard et restaurer un service normal.”
“Bien que le système soit conçu de manière à réorienter le trafic vers un commutateur de secours, ce système de secours n'a pas fonctionné comme lors d'essais antérieurs”, a précisé RIM.

Ces perturbations de service sont les plus importantes depuis qu'une panne de courant a balayé l'Amérique du Nord il y a deux ans. Elles interviennent alors que le constructeur du BlackBerry, la société canadienne RIM perd déjà des parts de marché au profit de ses concurrents Samsung et Apple, qui s'apprête à commercialiser vendredi son nouvel iPhone 4S.

Aujourd’hui, le groupe de télécoms émirati Etisalat a annoncé qu'il dédommagera ses clients utilisant des smartphones BlackBerry, afin de compenser les interruptions de service.
_ Les clients de services prépayés Etisalat recevront l'équivalent de trois jours d'utilisation gratuite crédité sur leur compte sous 24 heures, tandis que les clients forfaits bénéficieront d'une compensation sur leur facture mensuelle, a expliqué Etisalat dans un courrier électronique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.