Cet article date de plus de neuf ans.

ONU : Nicolas Sarkozy est à la tribune

Réduire l'extrême pauvreté et la faim, assurer l'éducation primaire pour tous, réduire la mortalité infantile ou encore améliorer la santé maternelle, les pays riches se sont fixé des objectifs pour 2015. A cinq ans de la fin de l'échéance fixée, le temps presse. Nicolas Sarkozy devrait prononcer un discours volontariste. Pas sûr pour autant que dans le contexte politique actuel, ses recommandations soient suivies avec enthousiasme.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Des bonnes nouvelles et puis s'en va.
Il devait rester deux jours, il repartira finalement ce soir. Alors que se tient le sommet de l'ONU sur les objectifs du Millénaire, une réunion destinée à évaluer les avancées de l'aide internationale en vue de la lutte contre toutes les formes de pauvreté, Nicolas Sarkozy doit raccourcir son passage à New-York. Les raisons : les manifestations prévues jeudi en France contre la réforme des retraites et la grogne de ses homologues contre sa politique d'expulsion des Roms très critiquée la semaine dernière par la Commission européenne.

Quelques éléments du discours

Nicolas Sarkozy devrait annoncer cet après-midi une hausse de la contribution française au Fonds mondial contre le sida, le paludisme et la tuberculose. La France est le deuxième contributeur de ce fonds après les États-unis. Elle y participe à hauteur de 300 millions d'euros.

Les objectifs du millénaire prévoient une baisse de la pauvreté à plusieurs niveaux d'ici 2015, Nicolas Sarkozy devrait ainsi encourager ses partenaires à augmenter eux aussi leurs contributions pour tenir ces délais. Les objectifs ont été fixés il y a 10 ans, il reste cinq ans pour mobiliser les pays contributeurs.

Jeudi dernier, le président a reçu certaines ONG. C'est dans le cadre de cette rencontre qu'il leur aurait assurées que la France maintiendrait en 2011 le niveau de son aide publique au développement à 10 milliards d'euros malgré la situation budgétaire critique.

100 millions d'euros pourraient être alloués à la lutte contre la mortalité infantile et maternelle, un engament pris fin juin au Canada, à l'occasion du dernier G8.

D'autres initiatives qui n'ont pas encore fait leurs preuve devraient être confirmées : la taxe sur les billets d'avion notamment qui existe en France et ailleurs mais n'est pas appliquée dans tous les pays. Le débat sur la mise en place d'une taxe sur les transactions financières pourrait être elle aussi remis au goût du jour.

Thibault Lefèvre, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.