Nouvelles règles d'exploitation des films en salle

La Fédération nationale des cinémas français a signé lundi un accord modifiant la chronologie des médias

Les salles acceptent de revoir les conditions d\'exploitation en salle en échange de contreparties
Les salles acceptent de revoir les conditions d'exploitation en salle en échange de contreparties (© France)
La Fédération nationale des cinémas français a signé lundi un accord modifiant la chronologie des médiasLa Fédération nationale des cinémas français a signé lundi un accord modifiant la chronologie des médias

Quatre mois après leur sortie en salle, les oeuvres pourront désormais être exploitées en vidéo à la demande et en DVD sous réserve que soient actées des mesures de rééquilibrage économique en faveur du secteur de l'exploitation.

Conclu pour deux ans, l'accord est tacitement reconductible par période d'un an.

Il a été rendu possible grâce à la garantie donnée par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et Véronique Cayla, directrice générale du Centre national de la cinématographie (CNC) afin que soit assurés la pérennité du premier des modes de diffusion du film et un partage équitable des efforts consentis précise la Fédération nationale des cinémas français (FNCF).

La fédération "se félicite que les pistes évoquées puissent conduire à des mesures liées au prix d'achat des films, au soutien à l'exploitation, et susceptibles de bénéficier à l'ensemble de la filière". La FNCF juge en effet qu'aux termes de cet accord, "les salles de cinémas sont les seules, parmi tous les diffuseurs, à voir réduire leur durée d'exclusivité" d'un tiers de sa durée.

Parmi la vingtaine de signataires de l'accord, figurent des distributeurs (FNDF, DIRE, SDI), réalisateurs (SRF) et producteurs (API, APC, UPF) de cinéma, les chaînes de TV France Télévisions, TF1, Arte, Canal+ et M6 ainsi que le syndicat des éditeurs de VoD et les groupes Orange et SFR. "Conclu pour une durée de deux ans tacitement reconductible par périodes d'un an", cet accord réaménage la "chronologie des médias" qui organise la diffusion des oeuvres sur différents supports et à la télévision, a dit le ministère de la Culture.