Cet article date de plus de quatre ans.

Morandini : une partie de l’enquête pour "corruption de mineurs" annulée pour vice de forme

"20minutes" affirme, vendredi, que la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a donné raison aux avocats de l'animateur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Marc Morandini lors d'une conférence de presse, à Paris, le 19 juillet 2016. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Jean-Marc Morandini peut souffler. La cour d’appel de Paris a annulé un pan de l’enquête pour "corruption de mineurs", a affirmé 20minutes, vendredi 30 juin. "Une partie importante de l’enquête visant Jean-Marc Morandini vient de disparaître", écrit le site du quotidien gratuit.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a donné raison aux avocats de l'animateur. Ils avaient soulevé un vice de forme quant à la perquisition dont leur client a été l’objet, en septembre 2016. "L’ordonnance du magistrat prévoyant cette perquisition ne précisait pas la qualification juridique des faits", a indiqué une source judiciaire. Pourtant, selon la loi, avant de lancer une perquisition, le magistrat doit préciser l’infraction reprochée au suspect.

"Des éléments probants et intéressants" inutilisables

Concrètement, les éléments recueillis ne pourront pas être utilisés lors d'un éventuel procès. Or "Il y avait des éléments probants et intéressants qui étaient sortis de cette perquisition. Il va falloir s’en passer pour la suite de l’enquête", a exposé une source judiciaire à 20minutes. Contacté par le quotidien, l’un des avocats de l’animateur, Hervé Témime, a simplement salué la décision de la chambre de l’instruction.

Jean-Marc Morandini est mis en examen pour "corruption de mineurs". Il est également visé par une plainte de majeurs. Ces derniers l’accusent de "harcèlement sexuel" et "travail dissimulé" lors d'auditions passées pour la Web-série Les Faucons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jean-Marc Morandini

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.