Cet article date de plus de cinq ans.

Manuel Valls dans "On n'est pas couché", samedi

Manuel Valls sera l’invité politique de l'émission "On n’est pas couché" sur France 2, ce samedi. C’est la première fois qu’un Premier ministre en activité accepte de venir au "talk show" le plus populaire de France 2.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Manuel Valls à On n'est pas couché, en décembre 2013.)

Manuel Valls a accepté l’invitation de Laurent Ruquier et de Catherine Barma, le présentateur et la productrice de l’émission "On n’est pas couché". Pendant environ une heure, le chef de l’exécutif va donc être confronté aux questions de Léa Salamé et de Yann Moix.

En décembre, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, s’était déjà confronté à l’exercice non sans un certain aplomb, en ironisant parfois sur le manque de sérénité de ses interviewers. Lors de cette soirée spéciale, où tous les invités étaient d’anciens chroniqueurs de Laurent Ruquier, le ministre avait dut également se mesurer à Audrey Pulvar, Éric Naulleau et Natasha Polony.

D’après l’entourage de Manuel Valls, "le Premier ministre veut des espaces de pédagogie pour parler de fond et s’adresser à tous les public. Nous sommes un an après les attentats de janvier 2015, deux mois après ceux de novembre, il y a toujours besoin d’explication, de débat."

Le plan de communication télévisuel du chef de l’exécutif avait débuté avec l’émission de Yann Barthès, le "Petit Journal" de Canal+, moins de deux semaine après les attentas de novembre. À cette occasion, il avait déclaré ne pas s’être "bourré la gueule depuis longtemps", en réaction au mouvement "Tous en terrasse" lancé pour conjurer la peur de sortir après les attentats du 13 novembre.

Essuyant les éventuelles critiques de la participation d’hommes politique dans des émissions d’"infotainment", mélangeant information et divertissement, Matignon a souligné l’intention du Premier ministre "de parler de fond" en "s’adressant à tous les publics".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.