L’intérêt des Français pour l’information atteint son plus bas niveau historique, selon un baromètre

D'après le baromètre 2020 pour le journal La Croix, 59% des Français interrogés suivent les informations avec intérêt, un chiffre en baisse de 8 points par rapport à l'année précédente.

Un kiosque à journaux, à Nantes (illustration).
Un kiosque à journaux, à Nantes (illustration). (FRANK PERRY / AFP)

L’intérêt des Français pour l’information atteint son plus bas niveau historique, indique le baromètre 2020 sur "la confiance des Français dans les médias", réalisé par le cabinet Kantar pour le journal La Croix. La 33e édition de cette enquête annuelle, diffusé jeudi 16 janvier dans le journal La Croix et sur le site la-croix.com, indique également un léger rebond de la confiance envers les médias.

>> Les médias ont trop parlé des gilets jaunes et de la fausse arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, selon un baromètre

D'après ce baromètre, 59% des Français interrogés suivent les nouvelles avec un intérêt "très grand" ou "assez grand", soit une baisse de 8 points par rapport à l'année précédente. Jamais ce chiffre n'était descendu aussi bas depuis le lancement du baromètre en 1987. À l'inverse, 41% des personnes interrogées ont un intérêt "assez faible" ou "très faible" pour les nouvelles.

La confiance envers les médias en hausse

La confiance envers les médias traditionnels connaît quant à elle un léger rebond, 46% des Français affichant leur confiance (+ 2 points). La radio reste le média avec le plus fort taux de confiance (50%), devant la presse écrite (46%) et la télévision (40%). Internet suscite une incrédulité jamais atteinte (23% de confiance). Les efforts des rédactions restent globalement peu perceptibles : un an après l’émergence des "gilets jaunes", 71 % des Français n’ont pas le sentiment que les médias rendent "mieux et davantage compte" de leurs préoccupations.

Ce baromètre analyse aussi le choix des sources d'information. La radio et la presse écrite, citées respectivement par 15% et 4% des sondés comme moyen d’accès principal à l’information, sont de plus en plus marginalisées par la télévision (48%) et le numérique (32%). Le fossé générationnel se creuse, les plus de 65 ans optant à 65% pour le poste de télé, tandis que les plus jeunes s’en détournent (18% des 18-24 ans).

Les infox repérées sur Internet

Globalement, 59% Français sondés estiment qu'ils repèrent les infox sur Internet, un chiffre en baisse de 3 points. Les jeunes (72%) et les plus diplômés (67%) estiment être ceux qui en détectent le plus. Qui sont les acteurs qui devraient agir contre la propagation des fausses nouvelles ? Les sondés répondent d’abord "les journalistes" (à 38%) puis "les organismes de contrôle" (36%). La catégorie 18-24 ans désigne en premier "les citoyens eux-mêmes" (36%).

Le détail de ce baromètre est diffusé ce jeudi 16 janvier dans le journal La Croix, ansi que sur le site la-croix.com. Ce baromètre a été réalisé par le cabinet Kantar pour La Croix entre le 2 et le 6 janvier 2020. Les entretiens ont été réalisés en face à face selon la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de l’ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus.