Les députés votent la suppression de la redevance audiovisuelle en première lecture à l'Assemblée

Malgré l'opposition des députés de la Nupes, l'Assemblée a voté en première lecture la suppression de la redevance. Pour compenser les pertes pour l'audiovisuel public, un prélèvement d’une fraction de TVA a été mis en place.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Assemblée nationale, le 19 juillet 2022, à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Précision : franceinfo.fr est l'offre d'information numérique de l'audiovisuel public. Ses équipes et leur production, à France Télévisions et à Radio France, sont financées en partie par la redevance.


Les députés ont validé, samedi 23 juillet, la suppression de la redevance qui finance l'audiovisuel public, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative. Le vote a été acquis par 170 voix contre 57, lors de l'examen en première lecture du projet de loi de finances rectificative pour 2022. Pour compenser le manque à gagner pour les groupes de l'audiovisuel public, les députés ont prévu un prélèvement d’une fraction de TVA.

La suppression de la redevance avait été annoncée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. L'exécutif estime que la suppression de cet impôt rendra du pouvoir d'achat à hauteur de 138 euros par an à près de 23 millions de foyers redevables. "Nous assumons de vouloir supprimer des impôts qui pèsent sur les Français, s'est félicité le ministre des Comptes publics Gabriel Attal. Nous sommes très attachés à notre audiovisuel public." Il a assuré que la mesure ne mettrait pas en danger l'indépendance de l'audiovisuel public.

"Un impôt très injuste, la TVA"

Les députés de la Nupes, opposés à la mesure, dénoncent "une mesure démagogique et dangereuse". "La démocratie a besoin d'un service public audiovisuel fort, réformé, avec un financement plus juste et garantissant de l'indépendance", a notamment réclamé la députée LFI Clémentine Autain.

"On supprime un impôt […] dont certains sont déjà exonérés" pour le remplacer par "un impôt très injuste, la TVA, que tout le monde paye, même ceux qui n'ont pas la télé", s'est également indigné le député et porte-parole du Parti socialiste (PS) Arthur Delaporte . En effet, "quand on est un retraité au minimum vieillesse, qu'on bénéficie de l'Allocation adulte handicapé ou alors qu'on n'a tout simplement pas de téléviseur chez soi, on ne paye pas la redevance", a-t-il rappelé.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.