Cet article date de plus d'onze ans.

Le jury du Prix Albert Londres a annoncé lundi avoir attribué ses prix à Delphine Saubaber et Jean-Robert Viallet

La première pour ses reportages publiés dans L'Express: l'ouverture des archives de la police politique roumaine, un portrait de Radovan Karadzic, une chasse à l'homme en Calabre et le combat d'une mère contre la mafia.Le second pour sa série documentaire La mort du travail diffusée sur France 3, enquête de 2 ans sur le travail dans nos sociétés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Robert Viallet (G) et Mathieu Verboud récompensés (3/09/2007) en Egypte pour leur film, "Une Femme a Abattre". (AFP/AMRO MARAGHI)

La première pour ses reportages publiés dans L'Express: l'ouverture des archives de la police politique roumaine, un portrait de Radovan Karadzic, une chasse à l'homme en Calabre et le combat d'une mère contre la mafia.

Le second pour sa série documentaire La mort du travail diffusée sur France 3, enquête de 2 ans sur le travail dans nos sociétés.

Les jurés ont élu Delphine Saubaber au septième tour de scrutin. Agée de 32 ans, diplômée du Centre de Formation des Journalistes et de l'Institut d'études politiques de Paris, elle a, avant de devenir grand reporter à l'hebdomadaire L'Express, notamment collaboré quelques mois au service société du quotidien Le Monde.

Jean-Robert Viallet, 40 ans, a été récompensé pour son reportage de trois fois 1h, diffusé sur France 3 en octobre 2009. Elu au 1er tour, fait rare dans les annales du Prix Albert Londres, il est l'auteur et réalisateur de nombreux reportages depuis 1999. Le jury avait déjà remarqué son enquête précédente (Une femme à abattre).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.