Cet article date de plus de douze ans.

Le CSA rééquilibre le temps de parole présidentiel

Le CSA a annoncé mardi de nouvelles règles en faveur d'un rééquilibrage des temps de parole dans l'audiovisuel
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le CSA a annoncé mardi de nouvelles règles en faveur d'un rééquilibrage des temps de parole dans l'audiovisuelLe CSA a annoncé mardi de nouvelles règles en faveur d'un rééquilibrage des temps de parole dans l'audiovisuel

Les propos "non régaliens" du chef de l'Etat et de ceux de sa majorité seront désormais comptabilisés, ce qui augmentera "mécaniquement" selon le CSA le temps de parole de l'opposition.

Ce nouveau "principe de pluralisme" remplacera, à partir du 1er septembre, la règle en vigueur depuis 40 ans dite des "trois tiers".

Le 8 avril, à la suite d'une plainte des dirigeants socialistes, le Conseil d'Etat avait invalidé le précédent dispositif de répartition du temps de parole qui ne prenait pas en compte les propos présidentiels.

Conformément à l'arrêt du Conseil d'Etat, le nouveau principe de pluralisme prend en compte les interventions "non régaliennes" du président de la République. Les propos "non régaliens" sont ceux qui relèvent du débat politique national.

Dorénavant, "les temps d'intervention de l'opposition parlementaire (PS, Modem, PC et Verts, ndlr) ne pourront être inférieurs à la moitié des temps de parole cumulés du chef de l'Etat et de la majorité présidentielle".

"Actuellement, l'opposition doit avoir au moins la moitié des temps cumulés du gouvernement et de la majorité parlementaire. A partir de septembre, elle disposera de ces mêmes temps, auxquels viendront s'ajouter ceux de certains propos du chef de l'Etat et de ses collaborateurs: son temps augmente donc mécaniquement", a expliqué à l'AFP Marie-Laure Denis, conseillère du CSA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.