Cet article date de plus de six ans.

L’Auditorium de Radio France, un écrin pour les orchestres

C’est l’un des principaux évènements culturels de cette fin de semaine à Paris : la Maison de la Radio, rouvre au public après deux ans et demi de fermeture pour travaux. Ce soir, à l’occasion d’un concert inaugural, le public va pouvoir découvrir le nouvel auditorium de Radio France, une salle symphonique de 1.461 places.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Une première répétition à l’Auditorium © C. Abramowitz / Radio France - AS.Architecture-Studio)

A quelques jours de l’ouverture de l’auditorium, le japonais Yasuhisa Toyota, du cabinet Nagata Acoustics, qui a conçu l’acoustique de la salle effectue avec son équipe les premiers tests. Il fait éclater sur la scène des sacs en papier, des lunch bags américains. "De cette mesure très simple, on va extraire le temps de réverbération de la salle, c’est-à-dire la durée pendant laquelle la salle maintient le son pendant qu’il se dissipe ", explique l’acousticien Marc Quiquerez.

Un auditorium entièrement habillé de bois

Pour offrir aux deux orchestres de Radio France, le National et le Philarmonique qui seront les premiers utilisateurs de l’auditorium, une salle à l’acoustique irréprochable, un véritable écrin de bois a été créé. Le bois est présent sur les murs recouverts d’un placage de merisier, de bouleau et de chêne pour pouvoir refléter le son, sur la scène réalisée en cèdre du Canada, une essence à la couleur blanche qui tranche avec la teinte chaude des murs, mais aussi au sol et au plafond auquel est suspendu un élément central pour l’acoustique appelé le canopy, "une grande lentille en bois incurvée qui permet de renvoyer le son vers les spectateurs et vers les gradins ", précise Nadim Callabe directeur général adjoint de Radio France, chargé de la réhabilitation.

Les spectateurs entourent la scène

Autre caractéristique de cet auditorium, la scène est située au centre de la salle et les spectateurs sont installés tout autour. Son volume relativement modeste, en raison de son implantation à l’intérieur de la maison de la radio, sur l’emplacement de deux anciens studios, accentue la proximité entre le public et les musiciens et renforce la sensation d’intimité. Construite en hauteur, la salle possède deux niveaux de balcon. Les plus élevés situés à une quinzaine de mètres du sol offrent une plongée vertigineuse sur la scène et sur l’orgue conçu par un facteur d’instrument de Barcelone. Il est inséré dans la structure même de l’auditorium et seul un tiers de ses 5.000 tuyaux sont apparents. Cet orgue doit encore être harmonisé et il faudra attendre septembre prochain pour l’entendre sonner.

Une même salle pour les répétitions et les concerts

Cette semaine, alors que les dernières finitions étaient en cours et que des équipes de ménage s’activaient, la musique a fait son entrée dans l’auditorium avec les premières répétitions. Daniele Gatti, directeur musical de l’Orchestre National de France depuis 2008, estime que l’ouverture de l’auditorium est une étape majeure pour l’ensemble qu’il dirige car l’ONF va enfin pouvoir disposer de la même salle pour les répétitions et pour les concerts : "Les journées passées à répéter dans une salle sont tellement riches pour les musiciens qu’elles permettent de créer une identité sonore. Avec l’auditorium, on a fait vraiment un grand pas ". Pour les deux orchestres de Radio France, l’émotion sera au rendez-vous lors du concert inaugural. Il est en effet très rare dans une vie de musicien de pouvoir inaugurer la salle dans laquelle on va désormais travailler au quotidien.

A la découverte du nouvel auditorium de Radio France. Le reportage d'Anne Chépeau
écouter

A LIRE AUSSI ►►► Le programme complet des festivités ici 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.