Cet article date de plus de huit ans.

La Une du magazine américain Rolling Stone suscite l'indignation

Le magazine américain s'est attiré les foudres de ses lecteurs et de nombreux médias américains après la publication en Une d'un cliché de Djokhar Tsarnaev, l'auteur présumé des attentats de Boston, où trois personnes avaient été tuées et 264 autres blessées. Le magazine défend son choix éditorial.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France)

"Il était un jeune homme charmant promis à un brillant
avenir. Personne n'a vu sa fragilité ni deviné le monstre qu'il allait devenir
",
commence l'article consacré à Djokhar Tsarnaev, l'auteur présumé des attentats
du marathon de Boston, où trois personnes sont mortes et 264 ont été blessées
en avril dernier. Et en Une du magazine du mois d'août, une photo montre Tsarnaev le regard
mélancolique et les mèches brunes lui tombant sur les yeux, lui donnant un air
romantique.

Adolescent banal

Aussitôt après la publication de la Une sur Internet, les médias américains et les lecteurs ont vivement condamné le choix de faire la Une sur le terroriste présumé. "Notre coeur est avec les victimes des attentats du
marathon de Boston, et nos pensées toujours tournées vers les victimes et leurs proches
",
écrit la journaliste Janet Reitman dans cet article consacré à ce "banal adolescent
américain
" devenu meurtrier. Mais ces mots n'ont pas calmé le déluge de critiques. 

Les présentateurs de Today Show , la grande émission matinale
de la chaîne NBC, ont comparé cette Une à celle réalisée en 1991 sur Jim
Morrison, à l'occasion des 20 ans de la mort du chanteur des Doors.

Certains médias ont annoncé qu'ils boycotteraient le
magazine. La compagnie Walgreens, qui distribue notamment journaux et magazines
dans tout le pays, a indiqué qu'elle ne vendrait tout simplement pas ce numéro.

Les lecteurs ont également exprimé leur colère sur les
réseaux sociaux
, certains annonçant même qu'ils se désabonnaient du magazine.

Le
maire de Boston s'est aussi indigné dans un courrier adressé au magazine. "Votre couverture [datée
du] 3 août récompense un terroriste en le traitant comme une personne
célèbre
", a déploré Thomas Menino. "C'est, au mieux, mal pensé, et
cela transmet à nouveau le message terrible que la destruction apporte de la
notoriété aux tueurs et à leurs 'causes'
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.