La rédaction du magazine "L'Etudiant" en grève contre des suppressions de postes

Une restructuration du titre doit entraîner la suppression de plus d'une trentaine de postes. 

Le mouvement de grève à L\'Etudiant est suivi par 92% de la rédaction, lundi 18 juin. 
Le mouvement de grève à L'Etudiant est suivi par 92% de la rédaction, lundi 18 juin.  (MAXPPP)

Ils sèchent le bac. Les salariés de L'Etudiant et Educpros sont en grève ou en débrayage lundi 18 juin, première journée du baccalauréat. Selon la Société des journalistes (SDJ), le mouvement est suivi par 92% de la rédaction. En cause, "la restructuration" du groupe, qui "a abouti à plus d'une trentaine de suppression de postes", selon le Syndicat national des journalistes (SNJ). 

Les salariés de L’Etudiant "refusent une réorganisation basée sur la suppression de nouveaux postes""commanditée par l’actionnaire principal actuel et président, Marc Laufer", indique le SNJ dans un communiqué. "À terme, c’est la fin d’une marque plurimédia, forte et reconnue depuis plus de 45 ans, qui se profile. Réduit à la seule activité d’organisateur de salons, L’Étudiant n’aura désormais plus de valeur ajoutée par rapport à ses concurrents", poursuit-il.

Ce mouvement social intervient dans un contexte difficile pour les médias français. Après la fermeture d'Ebdo, Vraiment et Buzzfeed, 67 journalistes ont perdu leur emploi depuis le début de l'année, d'après le comptage effectué par franceinfo.