Cet article date de plus de huit ans.

La hausse de la redevance audiovisuelle votée à l'Assemblée

Elle augmentera de 4 euros en 2013, pour faire face notamment aux difficultés budgétaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La "contribution à l'audiovisuel public" augmentera de 4 euros en 2013. (GLASS EYE / STOCK4B CREATIVE / GETTY IMAGES)

MEDIAS - Regarder la télé coûtera un petit plus plus cher l'an prochain. Les députés ont voté, lundi 22 octobre, après un très bref débat, l'augmentation de 4 euros de la redevance audiovisuelle, qui passera de 125 à 129 euros. Cette hausse était prévue par le projet de budget 2013. Comme l'avait exclu le Premier ministre le 16 octobre, Jean-Marc Ayrault, la redevance télé ne sera par ailleurs pas étendue aux résidences secondaires. Dans les départements d'outre-mer, la redevance sera portée à 83 euros, au lieu de 80 euros actuellement.

Dans le détail, la hausse de 2 euros de la contribution à l'audiovisuel public - nouveau nom de la redevance depuis 2009 - est majorée de 2 euros pour tenir compte de l'inflation. Cette augmentation de la redevance "permet de garantir l'accomplissement des missions de service public dévolues aux organismes audiovisuels publics, tout en limitant l'augmentation des recettes de la contribution à l'audiovisuel public afin de préserver le pouvoir d'achat des contribuables", fait valoir le gouvernement dans le projet de budget.

Devant un collègue UMP qui protestait contre cette hausse, Christian Eckert, rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, a rétorqué : "Une hausse de 2 euros par an si vous considérez que c'est un gourdin fiscal, ayez un peu de modestie ! (...) France Télévisons est appelé à la solidarité pour redresser les comptes publics de 60,7 millions d'euros", a-t-il indiqué. L'extension aux résidences secondaires aurait pu fournir environ 164 millions d'euros supplémentaires pour l'audiovisuel public en 2013.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.