Cet article date de plus de dix ans.

Après les caricatures de "Charlie Hebdo", le Quai d'Orsay en alerte

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé aujourd'hui la fermeture des ambassades, consulats et écoles françaises vendredi dans les pays musulmans. Toute demande de manifestation en France sur le sujet sera rejetée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Quai d'Orsay a décidé de fermer écoles et ambassades françaises dans une vingtaine de pays musulmans, vendredi, jour de prière.  (WITT / SIPA)

CHARLIE HEBDO - C'est une mesure de "précaution". Après la publication de caricatures de Mahomet en France, le Quai d'Orsay a annoncé, mercredi 19 septembre, la fermeture des ambassades, consulats et écoles françaises dans une vingtaine de pays musulmans vendredi, jour de la grande prière.

"Il n'y a pas de menace avérée sur un quelconque établissement", a tempéré le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot, qui précise : "On préfère prendre les devants. On adaptera ensuite les mesures à l'évolution de la situation." En parallèle, des mesures d'ordre général ont été prises, comme le renforcement des procédures de sécurité et l'appel à la vigilance dans les pays concernés.

En Indonésie

L'ambassade de France à Jakarta a annoncé la fermeture temporaire de toutes les implantations françaises dans le pays musulman le plus peuplé au monde. "Par mesure de sécurité sur instructions de Paris, votre ambassade sera fermée ce vendredi 21 septembre 2012 et toutes les autres implantations françaises en Indonésie, y compris les écoles, seront fermées jeudi et vendredi", a indiqué le chargé d'affaires de l'ambassade Stéphane Baumgarth. Il précise que la fermeture pourrait être "reconduite la semaine prochaine".

En Tunisie

Dans ce pays, où l'ambassade américaine a été prise pour cible, la dizaine d'établissements scolaires français sera fermée dès cet après-midi et jusqu'à lundi. L'Institut culturel français de Tunis et la Maison de France à Sfax fermeront dès jeudi et pour cinq jours. L'ambassade, elle, restera close vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire. Le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, a "exprimé le droit des musulmans à protester et appelle à l'utilisation de moyens civils et pacifiques".

En Egypte

Les écoles et centres culturels seront fermés jeudi. Le consulat l'a annoncé à la communauté française mercredi dans un e-mail. Il évoque une mesure de "précaution" dans ce pays où l'ambassade américaine a été attaquée, même si "aucune menace spécifique n'a été constatée en Egypte". Un haut responsable du Parti de la liberté et de la justice des Frères musulmans, au pouvoir, s'est prononcé contre toute réaction violente de la part des musulmans. Mais il a considéré que des manifestations pacifiques étaient justifiées.

Au Pakistan

Dans le deuxième pays musulman le plus peuplé au monde, où des manifestations contre les bâtiments occidentaux ont aussi eu lieu, les ressortissants français ont reçu un SMS disant : "Menaces spécifiques pour la communauté française et intérêts français suite publication ce jour de caricatures par Charlie Hebdo. Vigilance renforcée." Un haut responsable pakistanais a par ailleurs indiqué que "vendredi [21 septembre] sera un jour férié dans l'ensemble du pays pour déclarer notre amour au prophète". Mais le gouvernement appelle à la modération : "Nous devons manifester pacifiquement", a prévenu le ministre de l'Information, Qamar Zaman Kaira.

En France

Des manifestations prévues samedi contre le film anti-islam ou les caricatures seront interdites, a annoncé mercredi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sur RTL. "Il n'y a pas de raison qu'on laisse venir dans notre pays des conflits qui ne concernent pas la France", a-t-il ajouté.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.