L'Auvergnat de Paris dépose le bilan

Le célèbre hebdomadaire auvergnat enregistrait 300.000 euros de pertes par an et tirait à environ 10.000 exemplaires

Le célèbre hebdomadaire auvergnat enregistrait 300.000 euros de pertes par an et tirait à environ 10.000 exemplairesLe célèbre hebdomadaire auvergnat enregistrait 300.000 euros de pertes par an et tirait à environ 10.000 exemplaires

L'Auvergnat de Paris est un des plus anciens hebdomadaires de France axé depuis plusieurs années sur l'actualité professionnelle des cafés, hôtels, restaurants.

Il était revenu à sa ligne éditoriale d'origine, l'information économique auvergnate, après son rachat en 2008 par Yvon Mézou, président de la holding professionnelle Bistrots & Comptoirs.

"M. Mézou était depuis deux, trois mois en phase de recherche active d'un repreneur mais les discussions n'ont pas abouti", notamment en raison de "créances assez lourdes", a expliqué Florent Beurdeley, représentant des salariés.

Yvon Mézou tire son épingle du jeu puisqu'il a été nommé en début de semaine à la tête de la rédaction du quotidien gratuit 20 Minutes.