Journalistes de RFI tués au Mali : les soupçons se précisent

Le procureur de la République de Paris a livré ce mercredi quelques détails concernant l'identité du planificateur présumé de l'enlèvement de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes français de RFI, assassinés au Mali. Bayes ag Bakabo, un touareg proche d'Al Qaida au Maghreb islamique, est également trafiquant de stupéfiants. La justice n'exclut aucune piste quant au mobile de l'enlèvement.

(Maxppp)

Aucune certitude pour l'instant, mais l'étau se resserre autour de Bayes ag Bakabo, l'homme soupçonné d'avoir fomenté l'enlèvement des deux journalistes français de Radio France Internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés le 2 novembre dernier. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a livré ce mercredi des détails à la presse, plus de dix jours après l'ouverture d'une enquête pour "enlèvements suivis de mort en relation avec une entreprise terroriste".

L'homme, qui "fait l'objet d'intenses recherches ", apparaît fréquemment dans la sphère des islamistes d'Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Ce touareg fait aussi du trafic de stupéfiants, et il a été vu "circulant au volant du pick-up qui a servi à enlever les deux journalistes et il a été vu en train d'acheter 140 litres d'essence la veille ou l'avant-veille de l'enlèvement ", précise François Molins.

"Deux hypothèses"

Pour l'instant, aucune piste n'est exclue quant au mobile de l'enlèvement des deux journalistes : directive générale ou rapt crapuleux ?

Quant aux raisons de l'assassinat, François Molins dresse "deux hypothèses ". Le véhicule dans lequel le groupe de ravisseurs se trouvait est tombé en panne : les deux journalistes en ont-ils profité pour s'enfuir ? Ou alors les preneurs d'otages ont-ils préféré les abattre pour ne pas être ralentis ? "Un comportement malheureusement déjà rencontré chez Aqmi, significatif du peu de respect que ses membres ont pour la vie humaine " selon le procureur de la République.