"JeremstarGate" : on vous explique la polémique autour de Jeremstar, figure des réseaux sociaux

Mercredi 17 janvier, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", après la diffusion d'une vidéo intime de Jeremstar.

Jeremstar, le 5 octobre 2017 à Paris.
Jeremstar, le 5 octobre 2017 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)
avatar
Robin PrudentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis mardi 16 janvier, le mot-dièse "JeremstarGate" affole les compteurs de Twitter. Cette polémique fait suite à la publication d'une vidéo intime de Jérémy Gisclon, plus connu sous le pseudo de Jeremstar. Mercredi, le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef "d'atteinte à l'intimité de la vie privée". Mais l'affaire ne s'arrête par là, puisque l'un des proches du blogueur est accusé sur les réseaux sociaux d'avoir proposé des rapports sexuels à des hommes parfois mineurs. Franceinfo vous récapitule cette affaire.

Qui est Jeremstar ?

Vous n'avez jamais entendu parler de Jeremstar ? Reprenons depuis le début. Jérémy Gisclon, originaire de Lyon et âgé de 31 ans, est l'une des célébrités françaises les plus influentes auprès des adolescents, grâce notamment à sa forte présence sur les réseaux sociaux. A titre d'exemple, ses "stories", ou publications vidéos, diffusées sur Snapchat, sont les plus vues de France, rappelle Rue89. Son compte Twitter est suivi par près de 2 millions d'abonnés. Son créneau pour acquérir une telle notoriété ? Chroniquer les coulisses de la téléréalité.

Voir la vidéo

Sous le pseudo de Jeremstar, le jeune homme s'est spécialisé dans la diffusion des "potins" concernant les participants d'émissions de téléréalité. Il reçoit aussi ces participants dans son bain pour des interviews, relayées sur son compte YouTube, où certaines ont été vues plus de 6 millions de fois. Son deuxième livre, Ma biographie officielle, (Hugo éd.), paru en octobre 2017, a été réimprimé après que les 40 000 premiers exemplaires se sont écoulés en 24 heures, rapporte Challenges.

En septembre 2017, Jeremstar est aussi devenu chroniqueur dans l'émission "Les Terriens du Dimanche", présenté par Thierry Ardisson sur C8.

Que s'est-il passé ?

Tout a commencé avec une querelle autour d'un "scoop". Un certain Aqababe, qui se décrit sur Twitter comme "un jeune rebeu colérique mais talentueux", a reproché à Jeremstar de lui avoir subtilisé une vidéo exclusive sur deux candidats de téléralité (pour les experts : Shanna et Adrien, des "Anges 10"). Il a alors menacé le chroniqueur de représailles et mis ses menaces à exécution, lundi 15 janvier, en publiant sur le réseau social Snapchat une vidéo de Jeremstar en train de se masturber.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Aqababe s'en prend ensuite à un proche de Jeremstar, Pascal Cardonna, surnommé "Babybel", un homme qui apparaît régulièrement dans les publications du blogueur. Il relaye sur les réseaux sociaux des témoignages accusant ce quinquagénaire d'avoir proposé de manière insistante des rapports sexuels à d'autres hommes, pour certains mineurs. Selon certains de ces messages, ce coordinateur numérique de France Bleu dans le Sud se serait servi de la notoriété de Jeremstar pour approcher de jeunes hommes.

Mon ami @jeremstar pour la vie #Friends #enbombe

Une publication partagée par Pascal Cardonna (@pascalcardonna) le

"Le jour où j’ai balancé les sextapes de Jeremstar, ses ennemis sont venus dans ma boîte mail me balancer les dossiers, a expliqué Aqababe, mardi soir, sur Fun Radio. Ça n’a rien à voir, je n’avais pas les dossiers depuis des années." L'affaire a alors enflammé les réseaux sociaux, avec plus de 300 000 messages postés en 48 heures, selon Visibrain.

Que répondent Jeremstar et "Babybel" ?

Après la publication de la vidéo intime sur les réseaux sociaux, Jeremstar, par l'intermédiaire de son avocate, a déposé une plainte au parquet de Paris, mardi 16 janvier. Mercredi, une enquête a été ouverte du chef "d'atteinte à l'intimité de la vie privée". Cette enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne

Le jeune homme a aussi publié un long communiqué, dans lequel il se dit "abasourdi par les accusations dont [il] fait l'objet""L'idée que des jeunes gens, parce qu'ils ont de l'affection pour mon personnage public, puissent se trouver confrontés à des actes de prédation sexuelle m'horrifie, explique-t-il, concernant les accusations à l'encontre de Pascal Cardonna. Je tiens à préciser que je n'ai absolument rien à voir avec sa vie intime." Il nie ensuite tous les faits qui lui sont imputés sur les réseaux sociaux.

On m'accuse d'être à la tête d'un réseau de prostitution de mineurs. Je nie. (...) La répétition en ligne de ces monstruosités infondées est une autre forme de cyberharcèlement qu'il m'est extrêmement difficile de supporter.Jeremstardans un communiqué

De son côté, Pascal Cardonna a publié un communiqué, mercredi, dénonçant des attaques "diffamatoires et mensongères". Il conteste les faits et annonce avoir déposé plainte "pour diffamation et atteinte à la vie privée" auprès du procureur de la République de Nîmes. "Ma vie privée n'a rien à voir avec mon personnage (Babybel) sur les réseaux sociaux", souligne-t-il.

Il ne faut pas confondre homosexualité et pédophilie ! Derrière cet amalgame ignoble, il y a des relents nauséabonds voués a assurer du sensationnel et du buzz !Pascal Cardonnadans un communiqué

Quel est l'impact de ces révélations ?

Face à la polémique, la chaîne C8 a annoncé que Jeremstar allait "suspendre ses activités" dans l'émission "Les Terriens du dimanche". Une décision prise "d'un commun accord" avec le jeune youtubeur, selon un communiqué. "Jeremstar est très choqué, il a vomi toute la journée, confie une source proche de l'émission à franceinfo. Dans tous les cas, il n'aurait pas pu participer au tournage jeudi."

Le jeune chroniqueur people a aussi annulé une séance de dédicace de son livre, qui devait se tenir samedi 20 janvier, dans un supermarché à Pau (Pyrénées-Atlantiques). "L'ensemble des séances de dédicaces prévues avec Jeremstar sont annulées, d'un commun d'accord avec l'auteur et pour des raisons de sécurité", précise-t-on à la maison d'édition Hugo.

De son côté, France Bleu, l'employeur de Pascal Cardonna, a tenu à rappeler que ce dernier "n’intervient pas à l’antenne de [la station], n’étant ni animateur, ni journaliste" et se refuse à commenter "des faits relevant de la sphère privé". Pour autant, la radio "a demandé instamment à Pascal Cardonna de supprimer dans le cadre de sa communication privée tout ce qui entretient un amalgame inadmissible entre Radio France, France Bleu, sa direction, ses salariés et sa vie privée".