Cet article date de plus de neuf ans.

Jean-Luc Hees à la tête de Radio France : feu vert du CSA

Sans surprise, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui avait auditionné Jean-Luc Hees hier, a rendu ce matin un avis favorable à sa nomination. Son nom doit maintenant être validé par les commissions des affaires culturelles de l'Assemblée nationale et du Sénat, avant que la décision ne soit officialisée en conseil des ministres.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

L'audition a beau n'avoir été que de pure forme - Jean-Luc Hees était le seul candidat entendu hier -, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a pris son rôle très au sérieux. Tout en expliquant que l'avis qu'il rendrait n'était que consultatif...
_ Ce matin, sans grande surprise, le CSA a donc rendu un avis... favorable.

Il faut donc croire que Jean-Luc Hees s'est montré convaincant hier. Mettant en avant sa bonne connaissance de la Maison ronde - il a passé quelque 30 ans à France Inter - ainsi que son profil de journaliste - souhaité par Nicolas Sarkozy.

Pour le reste, il a brossé à grandes lignes les quelques améliorations, sommaires, auxquelles il a pensé pour chacune des antennes du groupe. Plus de souplesse dans la grille de France Info, notamment.
_ Sur l'avenir technologique de la radio, il s'est borné à souligner que des gens brillants y travaillaient à Radio France.

Les chantiers qui attendent le futur président sont, selon lui, au nombre de trois : la renégociation des conventions collectives - origine de la grève, hier -, l'accentuation de la complémentarité entre antennes et sites Internet, et la poursuite de la réhabilitation de la Maison de la radio.

Et Stéphane Guillon ? C'est le sujet qui fâche, en ce moment. Sa chronique irrite, paraît-il, jusqu'au président de la République. Là, Jean-Luc Hees a soufflé le chaud et le froid. “Ce qui me gêne, c'est le mélange des genres (...) On ne peut pas diffamer ni insulter. Ce sont mes bornes à moi.” Et de conclure : “Je ne suis pas sûr que les auditeurs d'Inter recherchent l'impertinence”.

Calendrier serré

La suite de l'histoire est quasiment écrite d'avance : le nom de Jean-Luc Hees va être soumis aux commissions des affaires culturelles de l'Assemblée nationale et du Sénat. Si plus des trois cinquièmes des élus s'y opposent, il faudra tout recommencer à zéro.
_ Sinon, le nom du futur président de Radio France sera proposé en conseil des ministres, et un décret l'officialisera. Avant le 11 mai, date de la fin du mandat de l'actuel PDG, Jean-Paul Cluzel.

Guillaume Gaven, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.