Cet article date de plus de huit ans.

Hyundai retire une publicité mettant en scène un suicide

Le spot publicitaire, destiné à montrer qu'un des véhicules de la marque n'était pas polluant, a suscité un tollé. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une Hyundai ix35, sur une ligne de production, en Slovaquie, le 15 janvier 2010. (EDUARD GENSEREK / AFP)

Le suicide n'est pas un bon argument de vente. Le constructeur automobile sud-coréen Hyundai a retiré, jeudi 25 avril, un spot diffusé à la télévision britannique, après avoir provoqué un tollé sur internet, raconte The Independent (en anglais). Pour montrer que sa voiture, modèle ix35, est non polluante, la publicité montre un homme qui tente de se suicider, en s'enfermant dans son garage, moteur allumé. L'homme échoue, car le pot d'échappement du véhicule ne rejette que de la vapeur d'eau.

D'abord nommée "spot du jour", par le quotidien britannique The Guardian et un média spécialisé (en anglais), la vidéo, devenue virale a suscité l'émotion et la désapprobation de nombreux utlisateurs de Youtube notamment. Une femme, Holly Brockwell, a choisi de s'adresser directement à Hyundai et à l'agence Innocean, à l'origine du spot, sur son blog, Copybot. "En tant que publicitaire, j'aimerais vous féliciter pour avoir provoqué la réaction viscerale dont rêve chacun d'entre nous", écrit-elle en introduction. "Mais je ne vous félicite pas pour m'avoir fait pleurer pour mon père", poursuit-elle, avant de raconter comment son père s'est donné la mort par asphyxie dans sa voiture, lorsqu'elle était enfant.

 

Son billet de blog, lu plus de 50 000 fois, est arrivé jusqu'à la direction de Hyundai, qui a rapidement décidé de retirer le spot des écrans et présenté ses excuses, dans The Independent"Hyundai comprend que la vidéo ait pu offenser des personnes. Nous présentons nos excuses sans réserve. Cette vidéo a été retirée et ne sera plus jamais utilisée", a déclaré un porte-parole du contructeur sud-coréen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.