Aux Emmy Awards, l'Amérique parano triomphe avec "Homeland"

Cette série télévisée a terrassé "Mad Men", dimanche à Los Angeles, tandis que "Modern Family" a conservé sa couronne de meilleure série comique.

Claire Danes et Damien Lewis ont remporté le trophée de meilleure interprétation pour un premier rôle avec la série\"Homeland\", aux Emmy Awards, le 23 septembre 2012.
Claire Danes et Damien Lewis ont remporté le trophée de meilleure interprétation pour un premier rôle avec la série"Homeland", aux Emmy Awards, le 23 septembre 2012. (JORDAN STRAUSS/AP/SIPA / AP)

MEDIAS - Mad Men faisait figure de grande favorite. La série était nommée dans dix-sept catégories. Mais après quatre années de succès ininterrompus, elle est repartie bredouille de la 64e cérémonie des Emmy Awards, dimanche 23 septembre au soir, à Los Angeles (Etats-Unis).

Au stylisme rétro de la désormais célèbre agence de publicité, les votants ont préféré cette année l'intrigue très contemporaine de Homeland. Les principales récompenses de la télévision américaine ont été très politiques. 

"Homeland" : le triomphe d'une Amérique parano

L'Emmy Award de la meilleure série dramatique, le plus convoité des Oscar de la télé américaine, est revenu à Homeland, un thriller psychologique qui brosse le portrait d'une Amérique paranoïaque, incapable de chasser les peurs nées des attentats du 11-Septembre. 

Diffusée sur la chaîne payante américaine Showtime – et sur Canal+en France – cette adaptation d'une série israélienne est l'œuvre d'Alex Gansa et Howard Gordon, qui avaient tous deux travaillé sur 24 Heures Chrono. Elle met aux prises une agente de la CIA et un militaire américain soupçonné de préparer un attentat terroriste contre les Etats-Unis. 

Les deux acteurs principaux de Homeland, l'Américaine Claire Danes et le Britannique Damian Lewis, ont également reçu les trophées d'interprétation dans une série dramatique. La série a déjà été récompensée par un Golden Globe en janvier dernier. Sa deuxième saison commence à la fin du mois aux Etats-Unis. 

Au rayon comique, "Modern Family" conserve son titre

Le trophée de la meilleure série comique est resté, pour la troisième année consécutive, entre les mains de Modern Family. Meilleure série donc, mais aussi meilleur second rôle masculin, pour Eric Stonestreet et meilleur second rôle féminin pour Julie Bowen.

La sitcom de la chaîne ABC, tournée sous la forme d'un vrai-faux documentaire, raconte le quotidien de trois familles déjantées et joue avec les clichés des familles "modernes". On y suit les déboires de Claire, la mère au foyer d'une famille traditionnelle, de Jay, à la tête d'une famille recomposée, marié à une femme bien plus jeune que lui, et de Mitchell et Cameron qui forment une famille homoparentale venant d'adopter un bébé.

Sarah Palin couronnée

En cette année d'élection présidentielle aux Etats-Unis, Game Change a remporté le trophée du meilleur téléfilm. Diffusé sur HBO, cette fiction retrace le parcours de Sarah Palin, co-listière de John McCain lors de l'élection américaine de 2008. Elle vaut son premier Emmy à Julianne Moore, pour sa stupéfiante incarnation de la très conservatrice républicaine.