Suppressions de postes à Radio France : plusieurs syndicats appellent à la grève à partir de lundi

Les organisations syndicales s'opposent au plan de 299 départs volontaires présenté par la direction du groupe radiophonique.

La Maison de la radio (siège de Radio France), dans le 16e arrondissement à Paris.
La Maison de la radio (siège de Radio France), dans le 16e arrondissement à Paris. (NOÉMIE BONNIN / RADIO FRANCE)

Plusieurs syndicats à Radio France appellent à la grève à partir de lundi 25 novembre, pour dénoncer le plan de départs volontaires "qui porte sur près de 300 salariés" du groupe public. 

Dans le détail, trois préavis de grève ont été déposés mardi 19 novembre par les organisations syndicales, a appris franceinfo auprès des syndicats. Force Ouvrière et l'Unsa appellent à une journée de grève le 25 novembre. La CGT appelle les salariés à cesser le travail dès le lundi 25 novembre également, mais pour une grève reconductible. SUD, Le SNJ et la CFDT appellent à une grève du 25 au 29 novembre inclus.

Une première grève en juin dernier 

La PDG de Radio France, Sibyle Veil, a présenté jeudi 14 novembre lors d’une réunion du comité social et économique central les modalités de mise en œuvre du projet Radio France 2022 qui comprend 299 suppressions de postes sur trois ans. Parallèlement, 76 postes seront créés dont 50 dans le numérique sur des compétences qui n’existent pas en interne. Pour mener à bien ces suppressions de postes, le groupe va mettre en place un plan de départs volontaires concernant 236 postes qui seront ouverts progressivement sur trois ans au fur et à mesure des réorganisations mises en place.

Les syndicats jugent que le plan présenté par la présidente, Sibyle Veil, "est dangereux, pour chacun des salariés et pour la pérennité de Radio France". L'annonce de ce nouveau plan d'économies dans le groupe public avait déjà déclenché une grève très suivie au mois de juin.