Cet article date de plus de douze ans.

Grand Prix Paris Match: un photoreportage truqué

Deux étudiants ont réussi à tromper Paris Match qui leur a décerné un Prix pour leur photos sur la précarité étudiante
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Deux étudiants ont réussi à tromper Paris Match qui leur a décerné un Prix pour leur photos sur la précarité étudianteDeux étudiants ont réussi à tromper Paris Match qui leur a décerné un Prix pour leur photos sur la précarité étudiante

Le photoreportage de Rémi Hubert, 22 ans et Guillaume Chauvin, 23 ans, s'est révélé être faux, conduisant le magazine à leur retirer le trophée du Grand Prix 2009.

Intitulé "Etudiants. Tendance Précaire", ces quatre photos en noir et blanc ont été publiées dans le Paris Match du 25 juin. A la clé de ce concours, 5 000 euros qui ont été redistribués.

Ces photos étaient accompagnées de légendes poignantes qui étaient supposées dévoiler la précarité dans le milieu étudiant. Les deux élèves, des Arts et Déco à Strasbourg, ont organisé une véritable mascarade, les personnages photographiés sont leurs amis qui se sont eûx-mêmes mis en scène sur certains clichés.

Les deux étudiants ont révélé leur duperie devant le jury, lors des remises des prix, en lisant un texte, dans lequel ils décrivent leur "démarche artistique" comme "une tentative de remise en question" des "rouages d'un discours médiatique qui a pour ingrédients la complaisance et le voyeurisme dans la représentation de la détresse", selon le document qu'ils ont transmis à l'AFP.

Le jury après avoir un "peu blêmi" leur a "quand même remis le chèque" en les félicitant, a déclaré Rémi Hubert.

Les étudiants sont surpris de cette récompense, un des jeunes hommes a avoué: "On avait éxagéré les photos, on avait écrit les légendes à la première personne pour bien faire larmoyer. On pensait que ça serait trop mais ils ont quand même aimé."

Mais l'hebdomadaire a décidé de reprendre le trophée, ils ont maintenu le chèque à L'ESAD pour partciper "aux soutiens nécessaires en faveur de ceux dont ils ont voulu raconter la vie".

Ils ont réalisé un de leur souhait, celui de "dévoiler les mécanismes d'une certaine presse qui ne vérifie pas ses sources et privilégient l'information sensationnaliste et racoleuse".

Paris Match répond dans un communiqué que cette "mise en scène photographique éloigne (les étudiants) du réglement du Grand Prix Paris Match du Photoreportage Etudiant et de la philosophie que défend le magazine depuis 60 ans."

Le directeur de la rédaction du magazine rappelle, dans le communiqué, que "le succès du Grand Prix repose, depuis soixante ans, sur la confiance et l'attachement des participants aux valeurs du photojournalisme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.