Cet article date de plus d'onze ans.

Google envisage une fermeture de son portail internet et de ses activités en Chine pour cause de censure

Expliquant avoir été la cible d'une cyberattaque coordonnée et "très sophistiquée" lancée en décembre par des pirates informatiques, le géant de l'internet contre-attaque.Ne voulant plus subir la censure des autorités chinoises sur les résultats fournis par son moteur de recherche, Google a décidé de revoir ses activités commerciales en Chine.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le titre Google a reculé de 1,2% après avoir annoncé qu'il pouvait quitter la Chine. (AFP/Justin Sullivan)

Expliquant avoir été la cible d'une cyberattaque coordonnée et "très sophistiquée" lancée en décembre par des pirates informatiques, le géant de l'internet contre-attaque.

Ne voulant plus subir la censure des autorités chinoises sur les résultats fournis par son moteur de recherche, Google a décidé de revoir ses activités commerciales en Chine.

Outre les attaques et la surveillance qu'elles ont révélée, l'opérateur dénonce des tentatives au cours de l'année écoulée de limiter la liberté de parole sur le web. Les pirates ont tenté de forcer l'accès des comptes gmail - le service courrier électronique de Google - de militants chinois des droits de l'homme, ont cherché à obtenir des informations d'autres entreprises, sans préciser le contenu de ces informations, ni le nom des entreprises concernées.

"Nous avons décidé que nous ne voulons plus censurer nos résultats (de recherche) sur Google.cn et au cours des prochaines semaines, nous allons discuter avec le gouvernement chinois de la possibilité de faire fonctionner, dans le cadre de la loi, un moteur de recherche sans filtre", déclare Google dans un communiqué.

"Nous prenons acte du fait que ce processus pourrait se traduire par la fermeture de Google.cn, voire de tous nos bureaux en Chine", a poursuivi le portail internet.

Une tournure politique
L'annonce de Google intervient dans un climat de tension accrue entre Washington et Pékin à propos de la liberté d'expression sur internet. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a estimé mardi que l'attaque dont a été la cible le portail internet suscitait de graves inquiétudes et exigeait des explications de la part des autorités chinoises.

Mme Clinton a rappelé que "la possibilité d'évoluer avec confiance dans le cyberespace est cruciale dans une société et une économique modernes", une déclaration qui fait écho à celle de Barack Obama lors de sa visite en Chine au mois de novembre. Il avait affirmé être "un grand partisan d'un web sans censure".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.