Cet article date de plus de neuf ans.

Des publicités jugées pro-Sarkozy retirées par le CSA

La campagne de publicité de l'Institut Montaigne prendra fin d'ici trois jours, selon Le Nouvel Observateur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une des publicités de l'Institut Montaigne diffusée sur des radios et des télévisions et que le Conseil supérieur audiovisuel (CSA) a décidé de retirer le 6 avril 2012. (CAPTURE D'ECRAN / FTVI)

"Une idée pour demain : aménager le CDI pour pouvoir supprimer le CDD" ; "Une idée pour demain : instaurer un véritable 'pacte fiscal' contre les modifications incessantes de la législation" : depuis la mi-mars, ces slogans apparaissent dans des spots publicitaires diffusés sur la chaîne d'information BFMTV et sur les radios BFM et RMC par l'Institut Montaigne. Selon LeNouvelObs.com, elles ne sont pas du goût du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui a décidé de les interdire vendredi 6 avril. Motif invoqué : elles reprennent des éléments de langage de Nicolas Sarkozy.



Le CSA a demandé à l'Institut Montaigne, un think tank libéral réputé proche du patronat et de l'UMP, que ce genre de publicité ne soit plus diffusé à l'avenir en période de campagne électorale. L'interdiction doit prendre effet lundi 9 avril, selon Le Nouvel Obs.com. 

"Notre groupe cessera la diffusion des clips de l'Institut Montaigne dimanche soir, a indiqué le PDG du groupe NextradioTV, Alain Weill, au Nouvel Obs.com. Nous avons accepté la campagne de ce think tank car TF1 et LCI ont fait de même en 2007. A l'époque, cette campagne n'avait suscité aucune polémique. (...) Il nous est aussi arrivé de diffuser des messages publicitaires de syndicat sans que cela pose le moindre problème." Egalement interrogé par le site internet de l'hebdomadaire, le directeur de l'Institut Montaigne, Laurent Bigorgne, a reconnu "une erreur".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.