Cet article date de plus de dix ans.

De passage à Paris mi-novembre, Loïc Le Meur a dévoilé les grandes lignes de "LeWeb10"

Placée sous le thème de la "plateforme", cette 7e édition (8-9 déc.) s'annonce à nouveau comme le rendez-vous parisien de grands noms du Net et des réseaux sociaux.Pour égayer ces 48 heures sans temps mort (pause café interdite...), on annonce une attaque de drones et rien moins que Bob Sinclar pour enflammer "LeWeb official party" (le 8 au soir).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Loïc Le Meur (entre deux ordinateurs) (AFP/FRANCK FIFE)
Placée sous le thème de la "plateforme", cette 7e édition (8-9 déc.) s'annonce à nouveau comme le rendez-vous parisien de grands noms du Net et des réseaux sociaux.

Pour égayer ces 48 heures sans temps mort (pause café interdite...), on annonce une attaque de drones et rien moins que Bob Sinclar pour enflammer "LeWeb official party" (le 8 au soir).

Détaillons en chiffre ce rendez-vous hexagonal de l'Internet : sont attendus 2400 participants de 50 pays. Coût total de la manifestation : 1,5 millions d"euros, financé par les sponsors (Orange, Renault, TF1…) et le ticket d"entrée des participants (1990 euros...).

Carlos Ghosn, Xavier Niel, Marissa Mayer, Bertrand Piccard ...
Parmi les invités français de ces deux journées où l'Internet et les réseaux sociaux seront conjugués à tous les modes: le patron de Renault Carlos Ghosn, qui parlera de de "la voiture-plateforme". Celui de France Telecom Stéphane Richard. Et celui d'Iliad Xavier Niel (désormais à la tête du Monde, avec Matthieu Pigasse et Pierre Bergé...)

Quelques stars de la Silicon Valley "annonceront sur scène des nouveautés", promet Loïc Le Meur. Et d'égréner les noms de Marissa Mayer, vice-présidente de Google, Jason Goldman, vice-président de Twitter, Denis Crowley, co-fondateur de Foursquare... ("Il ne le dit pas, mais il a refusé une offre de 150 millions de dollars de Facebook. Il a moins de 30 ans », glisse au passage Loïc Le Meur).

Hors planète web, Bertrand Piccard devrait évoquer son projet de tour du monde en avion solaire, Shai Agassi se faire le chantre des réseaux de voitures électriques (location en ville sur le mode Velib). En guest star caritative, l'Ecossais Nel Young racontera sa "coupe du monde de foot des sans abri". Et pour réveiller les endormis, il est prévu, entre deux interventions, une attaque de drones miniatures. Disons, plus sobrement, une démonstration de petits avions télécommandés (ce qui pourrait obliger à couper la wi-fi...)

Plateforme ...
Pourquoi avoir choisi le thème de la plateforme ? "C'est une tendance de fond", s'enthousiasme Loïc Le Meur, "la capacité à laisser d"autres créer des applications autour de votre marque, comme l'a fait Apple."

Pour le créateur de Seesmic, tout est plateforme, y compris le corps, sur lequel on implémente déjà des applications. Pour courir mieux par exemple, souligne ce marathonien. Les futurologues assurent même que d'ici une décennie ou deux, on pourra se télécharger un cerveau (si si !)

Business...

La plupart tenteront surtout de télécharger de l'argent. Sur 400 candidates, 16 start-up sélectionnées essaieront de convaincre les "business angels présents" (Marc Simoncini, Xavier Niel, ...) de miser sur leur avenir.

Critère de sélection des seize jeunes pousses choisies ? "J"ai éliminé les copieurs", tranche Loïc Le Meur. "Ceux qui s"inspirent de ce qui passe aux Etats-Unis pour créer en France une pâle imitation de Four Square, Twitter ou autre." Aux créateurs de start-up qui n'ont plus rien à prouver, il sera proposé de relever un ultime défi : "Comment se faire acheter" ? Google, pour ne citer qu'elle, rachète à tour de bras les petites sociétés innovantes. A bon entendeur ...

Loïc et Géraldine Le Meur, des start-up parisiennes à la Silicon Valley

Loïc Le Meur ne cache pas sa fierté : après trois ans aux Etats-Unis, où il a fondé la société Seesmic (fabriquant des logiciels pour "agréger les réseaux sociaux"), il a désormais sa "green card", ce sésame pour travailler légalement outre-Atlantique.

Avec sa femme Géraldine et leurs trois garçons qui avaient alors 12, 10 et 6 ans, ils se sont décidés à partir aux Etats-Unis en 2007 après avoir vendu leurs sociétés (sites d'hébergement, publicité...) à des grandes entreprises comme France Telecom ou BBDO.

Leur motivation ? A San Francisco, estiment-ils, "ils sont au coeur du réacteur", dans la Silicon Valley.

Ce qui leur permet de ramener à Paris, pour "LeWeb", manifestation qu'ils ont créée et qui s'est désormais imposée en France comme le rendez-vous qui compte sur l'Internet, des dirigeants de Facebook, Twitter, Google ou autres, qu'ils fréquentent désormais "in real life".

"Ce qui est très difficile à reproduire", explique Loïc Le Meur, "c"est cette présence internationale de la Silicon Valley. Grâce à cette proximité, "LeWeb" est passé, au niveau des invités, des directions européennes au numéro 2 de Google".

La manifestation parisienne n'occupe, dit-il, que 5% de son temps. C'est sa femme Géraldine qui prend en charge, à temps plein et toute l'année, l'organisation de LeWeb. Sans salariés, mais avec "une équipe de quatre à cinq free-lance". Elle aussi est enthousiaste sur sa vie américaine : "Ce qu"il y a d"agréable à San Francisco c"est que personne n"est de San Francisco. Même les Américains vous disent 'je ne suis pas d"ici' . C"est un formidable melting pot. "

Elle assure gérer sans trop de stress l'organisation de "LeWeb", malgré quelques difficultés : "Vivre à San Francisco et organiser Le Web à Paris, c"est le meilleur des deux mondes !

Fierté du couple : LeWeb réunissait 250 participants la première année, et dix fois plus à cette 7e édition. "Uniquement avec du bouche-à-oreille", assurent-ils. Et un excellent carnet d'adresses franco-américain...


-> " LeWebParis10" : France Télévisions aura son stand. Démonstration de télés connectées annoncée...

Web 10 Pierre Kosciusko-Morizet :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.