Cet article date de plus de quatre ans.

Le beau-frère d'un des auteurs de l'attentat contre "Charlie Hebdo" accepte d'être extradé de la Bulgarie vers la France

Mourad Hamyd avait été interpellé par les autorités bulgares le 28 juillet après avoir été refoulé par la Turquie. Il était accusé d'avoir cherché à rejoindre les rangs de l'Etat islamique en Syrie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes), où Mourad Hamyd, le beau-frère de Chérif Kouachi, avait été placé en garde à vue, le 8 janvier 2015. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt pour "association de malfaiteurs en vue de préparation d'acte de terrorisme". Mourad Hamyd, le beau-frère de Chérif Kouachi, l'un des auteurs de l'attentat sanglant contre la rédaction de Charlie Hebdo en 2015 à Paris, a accepté son extradition vers la France, mercredi 10 août, lors d'une audience à Sofia (Bulgarie). Il avait été interpellé par les autorités bulgares le 28 juillet après avoir été refoulé par la Turquie. Il était accusé d'avoir cherché à rejoindre les rangs du groupe Etat islamique en Syrie.

"Je veux une extradition immédiate vers la France", a-t-il déclaré avant de signer un document en ce sens. "Il y a un mandat d'arrêt valable, Mourad Hamyd souhaite rentrer en France, il n'y a aucun obstacle juridique", avait expliqué, mardi, son avocat commis d'office en Bulgarie.

Sa disparition signalée début juillet

La disparition de Mourad Hamyd, un étudiant de 20 ans, avait été signalée par sa sœur dès début juillet au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes). Il était arrivé en Bulgarie le 26 juillet, en train depuis la Hongrie et la Serbie, selon le parquet bulgare, qui affirme que la France avait été "informée" de cette arrivée. Seul et doté de sa carte d'identité française, il affirmait vouloir effectuer un voyage touristique d'une semaine en Bulgarie.

Mais il a quitté le pays le 28 juillet en milieu de journée à Kapitan Andreevo-Kapikule, le principal poste-frontière bulgaro-turc. Immédiatement refoulé par les autorités turques, sur la base d'une interdiction de séjour de cinq ans dans ce pays, le Français a alors été placé en garde à vue pour 24 heures. Il a entre-temps été signalé par Paris comme "cherchant à rejoindre l'Etat islamique" et comme "particulièrement dangereux", affirme le parquet bulgare.

En garde à vue après les attentats de janvier 2015

En janvier 2015, Mourad Hamyd avait été placé en garde à vue pendant 48 heures en France au lendemain de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo. Il avait finalement été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. "On a jeté en pâture mon nom sans vérifications, en me mêlant à ces crimes barbares, dénonçait-il à l'époque. Cet attentat, c'est l'horreur, c'est un crime horrible." Il assurait alors n'avoir que "des rapports assez lointains" avec son beau-frère Chérif Kouachi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.