DIRECT. Le cas de "Charlie Hebdo" suscite de nombreux débats dans le monde

Alors que l'hebdomadaire va être imprimé à 7 millions d'exemplaires, plusieurs manifestations dans le monde musulman dénoncent la parution d'une caricature de Mahomet.

Un Nigérien se tient dans les décombres d\'un restaurant français de Niamey (Niger), samedi 17 janvier 2015, après de violentes manifestations contre \"Charlie Hebdo\".
Un Nigérien se tient dans les décombres d'un restaurant français de Niamey (Niger), samedi 17 janvier 2015, après de violentes manifestations contre "Charlie Hebdo". (BOUREIMA HAMA / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Alors que François Hollande a célébré l'unité et les "valeurs" de la France, ainsi que la "liberté d'expression", samedi 17 janvier, des manifestations parfois très violentes agitent plusieurs pays musulmans pour dénoncer la caricature de Mahomet dans Charlie Hebdo. Suivez les événements du dimanche en direct.

De violentes manifestations ont fait cinq morts à Niamey (Niger), samedi, et cinq à Zinder, vendredi. "Ceux qui pillent ces lieux de culte, qui les profanent, qui persécutent et tuent leurs compatriotes chrétiens ou les étrangers (...) n'ont rien compris à l'islam", a dénoncé le président nigérien Mahamadou Issoufou.

 Après l'attaque terroriste dont a été victime la rédaction de Charlie Hebdo, francetv info a rencontré Kianoush Ramezani, un caricaturiste iranien exilé à Paris. Entretien.

Plus de quatre Français interrogés sur dix (42%) estiment qu'il faut éviter de publier des caricatures du prophète Mahomet, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, dimanche 18 janvier.

Chérif Kouachi, l'un des deux jihadistes auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, a été enterré à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), samedi soir peu avant minuit.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CHARLIE_HEBDO

21h13 : France Inter programme ce soir un hommage à Cabu, entre ses souvenirs et ses morceaux de jazz favoris. L'émission peut être vue en vidéo sur le site de Culturebox.

20h45 : "Je suis Français, musulman, artiste, père, marié à une chrétienne : ça c'est la France."

Dans une interview à TF1, l'acteur revient sur les attentats de la semaine dernière. "J'ai passé mon temps à ne pas dire que j'étais musulman. Pas parce que je n'en étais pas fier, loin de là, parce que je considérais que ce n'était pas un sujet, qu'on n'avait pas besoin de revendiquer son identité, sa différence (...) Aujourd'hui, j'ai presque besoin de le revendiquer, comme pour dire 'ne vous inquiétez pas, on est pareils'."

Merci aux nombreux internautes qui nous ont signalé cette interview dans les commentaires.

19h50 : Dans un 1er temps je me suis posée la question : fallait-il que Charlie Hebdo en remette une couche ? Je me disais que non, mais en discutant avec plusieurs personnes je me suis dit : OUI car nous n'avons pas à nous mettre à genoux devant telle ou telle religion quelle qu'elle soit. Ce ne sont que des caricatures. Ceux et celles à qui cela ne plaît pas n'ont pas besoin de lire ce magazine point barre ! Nous sommes en FRANCE et la FRANCE est un pays LIBRE et doit le rester et ne pas se soumettre à ces débilités ! ! Lorsque l'on se moque du Pape ou d'un Président ou que sais-je encore, on ne va pas poser une bombe sous prétexte d'avoir été "offensé" c'est du chantage et j'ai horreur du chantage ! Alors OUI Soutien à Charlie Hebdo et à la liberté d'expression doit continuer ! Nous sommes debout et devons le rester ! !

19h49 : Sur les 7 millions de " lecteurs " ce Charlie hebdo combien sont allés voir sur internet les unes de ce journal ? Je ne vois pas en quoi la vulgarité, les dessins infamants voire blasphématoires, toutes religions confondues, élève le débat et permet une ouverture au dialogue qui sera si précieux dans les années à venir. Je pense que les Chrétiens auraient bien matière à réagir sur ces fameuses caricatures. Je suis pour la liberté quand elle ne piétine pas celle des autres. La provocation - placée largement en-dessous de la ceinture- ne peut qu'attiser les haines et les incompréhensions.

19h49 : Le débat autour de la liberté d'expression utilisée par Charlie Hebdo se poursuit dans les commentaires.


(CHARLIE HEBDO)




19h14 : "A chaque fois que nous dessinons Mahomet, à chaque fois que nous dessinons un prophète, à chaque fois que nous dessinons Dieu, nous défendons la liberté de conscience. (...) Si la foi, si le discours religieux descend de la politique, il devient un discours totalitaire." Dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine NBC News, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard, défend les caricatures controversées du prophète Mahomet publiées dans l'hebdomadaire satirique.



(REUTERS)

17h43 : @Charlie Non, il n'y aura pas de numéro la semaine prochaine. Les journalistes qui composent la rédaction de l'hebdomadaire satirique ont expliqué qu'ils ne pouvaient pas préparer de nouveau journal alors que les enterrements de leurs camarades se sont succédés en fin de semaine. Il faudra patienter encore dix jours pour lire prochain opus de Charlie Hebdo.

17h42 : Y aura-t-il un numéro de Charlie hebdo mercredi prochain ? Et si oui combien d exemplaire sont prévus ? Merci

17h02 : Un conseiller régional des Pays de Loire a refusé l'abonnement à Charlie Hebdo qui lui était offert par le président de la région : "Ma liberté, ma façon d''être Charlie' est en effet de ne pas me laisser imposer un abonnement, tout en souhaitant longue vie à ce titre", écrit Dominique Richard, qui explique partager l'embarras du pape François face aux caricatures religieuses.

14h21 : "Ici c'est Charlie", pouvait-on lire sur l'écran géant du Parc des princes au début de la rencontre, comme le montre cette photo d'un spectateur. Une référence au slogan "Ici c'est Paris" des supporters parisiens.

12h46 : Le blasphème n'est pas un délit en France... sauf en Alsace-Moselle, où il est théoriquement réprimé de trois ans de prison par un article du code pénal allemand de 1871 encore en vigueur à ce jour. Bien que cette disposition n'ait jamais été appliquée depuis 1918, "le Parlement doit au plus vite abroger le délit de blasphème", demande un sénateur de Moselle, comme le relaient Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

12h23 : Tariq Ramadan tient-il un discours en France et un autre lorsqu'il se trouve à l'étranger ? Après la publication du dernier numéro de Charlie Hebdo, il a lancé un appel au calme sur Europe 1. Mais au Qatar, le langage est bien plus polémique : "Ils [Charlie Hebdo] n'ont pas arrêté de faire de l'humour sur les musulmans et j'ai dit que cet humour-là était un humour de lâches", a-t-il déclaré selon des médias suisses cités par Le Point.

10h35 : C'est vrai que c'est un sujet délicat, mais accepter de se censurer dans le contexte c'était aussi, implicitement, donner raison aux assassins en reconnaissant que certains peuvent décider des limites de la liberté d'expression, voire/puis, à terme, de la liberté tout court.

10h34 : Respecter les valeurs des autres, oui ! Donc respecter celles des caricaturistes (tant qu'elles ne sortent pas du cadre légal de notre France laïque). Quand donc, les Français seront-ils cohérents?

10h33 : Il faut respecter toutes les religions. Etre laïc n'autorise personne à caricaturer les représentants des religions.A cause de cette liberté exagérée, les églises et les chrétiens du Niger en paient, aujourd'hui, les conséquences

10h32 : Dans l'intérêt général je pense que la liberté d'expression ne doit pas devenir une liberté de provocation ..

10h32 : Vous êtes toujours extrêmement nombreux à débattre de la liberté d'expression, dans les commentaires, à la suite du sondage selon lequel 42% des Français estiment qu'il faudrait éviter de publier des caricatures de Mahomet. Voici quelques-unes de vos remarques.

09h53 : Il a fui son pays, l'Iran, en 2009, pour s'établir à Paris. Dans une interview accordée à francetv info, le caricaturiste Kianoush Ramezani revient sur son parcours. "Je crois à la liberté d'expression totale. Sans limites. Sans exception. On peut tout dessiner. On a le droit de tout dire, de provoquer voire d'insulter. Et si quelqu'un se sent blessé, il peut saisir la justice. C'est le fonctionnement normal de la démocratie", juge-t-il.




(KIANOUSH RAMEZANI)

09h34 : "On ne peut pas demander à des musulmans de se justifier de ne pas être fanatiques."

Interrogé sur i-Télé, le cardinal estime que "notre société a besoin de retrouver la sérénité".

09h29 : Le sacré est bien au-delà de tout ça, si ces prophètes sont si formidables ils devraient eux-même se moquer des plaisanteries a leur sujet. C'est l'humain idiot de base qui cherche des problèmes là où il n'y en a pas, peut-être qu'une part de vérité dérange aussi ?

09h27 : Un petit réconfort pour commencer ma journée : on est quand même 40% à penser qu'il faut respecter les valeurs des autres et éviter les caricatures !

09h27 : A l'image de ce sondage, vous êtes partagés, dans les commentaires, sur l'opportunité de continuer à publier des caricatures jugées offensantes pour les croyants, en particulier musulmans.

09h24 : Plus de quatre Français interrogés sur dix (42%) estiment qu'il faut éviter de publier des caricatures du prophète Mahomet, selon un sondage. Une majorité de sondés (57%) pensent au contraire qu'il "ne faut pas tenir compte de ces réactions et continuer de publier ce type de caricatures".




(ERIC GAILLARD / REUTERS)