Cinq ans après les attentats, les homonymes des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly vivent toujours "un enfer"

Appels malveillants, difficultés professionnelles... Ils sont stigmatisés parce qu'ils portent les mêmes noms que les terroristes de "Charlie Hebdo" et de l'Hyper Cacher.

Illustration. 
Illustration.  (FRANCEINFO)

Le 7 janvier 2015, le choc a été double pour Saïd. Comme l'ensemble de la France, il découvre, avec stupeur, que les locaux de Charlie Hebdo ont été attaqués par deux terroristes. "J'ai connu la décennie noire en Algérie et je me rappelle avoir dit à ma femme : 'Ça y est, ça arrive aussi ici'." Mais c'est quand il découvre l'identité des assaillants que son cœur fait un bond. Les terroristes sont deux frères et l'aîné s'appelle Saïd Kouachi. Comme lui. "Le ciel m'est tombé sur la tête", se rappelle-t-il, cinq ans plus tard.

En cavale, après avoir semé la mort dans la rédaction du journal satirique, Chérif et Saïd Kouachi abandonnent leur véhicule avec leurs papiers d'identité dans la boîte à gants. Si leur identité n'est révélée par les autorités que dans la nuit du 7 au 8 janvier, l'information a déjà fait le tour des réseaux sociaux. "C'est mon neveu qui m'a appelé et qui m'a dit : 'Tonton, le terroriste a le même nom que toi. Reste bien chez toi et fais attention'", raconte-t-il.

J'avais peur que l'on m'associe à cette horreur. C'est un choc de voir son nom diffusé partout sur les chaînes d'info.Saïd Kouachià franceinfo

Hormis leur état-civil, les deux homonymes n'ont pourtant rien à voir : le terroriste a 34 ans, lui la cinquantaine passée. Le premier a passé sa vie entre Paris, la Corrèze et la Marne tandis que Saïd Kouachi vit dans la région lyonnaise.

"J'ai eu honte"

Comme lui, plusieurs homonymes ont été stigmatisés parce qu'ils portent le même nom de famille que les terroristes de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher. "Mon nom est Coulibaly. Le même que le tien, ce nom que tu as sali, humilié, souillé, je continuerai à le porter", écrivait ainsi un humanitaire nommé Omar Coulibaly dans une tribune publiée dans Le Monde, peu après la prise d'otages qui a fait quatre morts dans un supermarché de la porte de Vincennes.

Sais-tu ce que représente ce nom ? Celui de milliers de vies, en France, en Afrique surtout, et sans doute ailleurs.Omar Coulibalydans "Le Monde"

"J'ai eu honte. Pas de mon nom, qui est celui de mon père et de milliers de familles au Mali. Mais qu'un jeune de chez nous puisse faire ça", confesse A.Coulibaly, interrogé par franceinfo. Comme le terroriste de l'Hyper Cacher, A.Coulibaly est d'origine malienne et vit enEssonne. Malgré les années, il refuse que l'on publie son prénom ou d'autres éléments susceptibles de l'identifier plus clairement, craignant d'"avoir des problèmes" à nouveau.

"On a commencé à me regarder de travers" 

Car lorsque le nom d'Amedy Coulibaly a été révélé, peu après l'assaut, le père de famille explique avoir "vécu un enfer". Très vite, les coups de fil ont commencé à pleuvoir. "Les journalistes d'abord puis des gens pour m'insulter parce qu'ils croyaient que j'étais de sa famille. Même la famille de ma femme a appelé du Mali", se rappelle-t-il. Très vite, A. Coulibaly débranche le téléphone. Aujourd'hui, il est sur liste rouge et a changé de numéro de portable.

La famille d'Elia Kouachi, 32 ans, a elle aussi été harcelée. "Sur Facebook, des gens ont écrit à ma sœur pour la sommer de changer de nom. Mon père, lui, a reçu des appels mal intentionnés. Une fois, un homme l'a appelé pour lui parler d'un camp d'entraînement je ne sais où au Moyen-Orient. Il a eu peur", raconte la jeune femme, originaire de Clermont-Ferrand.

Dans son entreprise, où il est directeur régional, mon frère a été obligé de prendre les devants et de dire à son équipe qu'il n'avait rien à voir avec les terroristes. On est tous dans cette situation.Elia Kouachià franceinfo

Au travail, dans les jours qui suivent l'attentat contre Charlie Hebdo, A. Coulibaly se fait "discret""Dans les entreprises où je me rendais, on a commencé à me regarder de travers", raconte le technicien logistique, qui intervient auprès de plusieurs sociétés. "Même les collègues qui me connaissent me disaient en rigolant : 'Regarde ce qu'il a fait ton fils'." Des blagues, Saïd Kouachi a dû aussi en essuyer :

Pendant des mois, un collègue m'appelait 'le terroriste'. Au début, c'était pour rire, mais un jour, on a failli en venir aux mains, ça a fini dans le bureau du directeur.Saïd Kouachià franceinfo

Cet électricien de formation est aujourd'hui en arrêt maladie longue durée après un infarctus. Dans le monde professionnel, porter le même nom qu'un terroriste accentue les discriminations que subissent déjà nombre de travailleurs d'origine maghrébine, africaine ou identifiés comme musulmans.

"Quand je réserve, je ne donne pas mon vrai nom"

"Au début je ne voulais pas y croire, je refusais de penser que j'étais victime de discriminations. Puis je me suis rendue à l'évidence", raconte Elia Kouachi. Depuis qu'elle a décroché son master de droit public à Clermont-Ferrand, au début de l'année 2015, la trentenaire essuie systématiquement des refus lorsqu'elle postule à des offres d'emploi. "J'ai tout essayé, dit-elle : les collectivités, les associations, les tribunaux, etc. Des CV avec photo, sans photo... A chaque fois, on me dit non sans explication."

Décidée à améliorer son CV, Elia Kouachi déménage à Paris, où elle décroche un deuxième master en environnement de la Sorbonne et du Muséum national d'Histoire naturelle. "Malgré cette spécialisation, rien y fait, déplore la demandeuse d'emploi. Récemment, j'ai postulé à une offre dans mon domaine. Mais tout ce qu'on m'a proposé, c'est un stage. J'ai fait des pieds et des mains pour trouver une convention, tout semblait bien engagé. Et au dernier moment on m'a dit non." 

Je suis même prête à faire du bénévolat, mais personne ne veut de moi.Elia Kouachià franceinfo

"Epuisée", Elia Kouachi a tenté de s'expatrier au Canada. En vain. Alors elle a appris à vivre avec les discriminations que lui valent son nom. "Par exemple, quand je réserve un restaurant ou autre chose, je ne donne pas mon vrai nom. C'est plein de petites choses comme ça". De son côté, Saïd Kouachi redoute chaque année l'anniversaire des attentats et la couverture médiatique qui l'accompagne. "Il est important de ne pas oublier ce qu'il s'est passé, de rendre hommage aux victimes. Mais là, ça va être les cinq ans, on va beaucoup en parler. Et quand j'entends mon nom à la télé, ça me fait toujours mal." Pour A. Coulibaly, "les choses se sont calmées, heureusement".

En banlieue, où je vis, c'est un nom très répandu et les gens ont commencé à comprendre que ce n'est pas parce qu'on s'appelle Coulibaly qu'on est de la même famille.A. Coulibalyà franceinfo

Pourtant, le technicien logistique est toujours frappé d'angoisses. "Quand j'envoie un courrier administratif ou que je vais à un bureau, quand je vais à l'hôpital... énumère-t-il. Chaque fois qu'on voit mon nom et mon adresse, j'ai peur qu'on me prenne pour le père du terroriste et qu'on cherche à me faire payer pour lui." Et d'ajouter : "C'est comme si, sans avoir rien fait, j'étais coupable. Coupable d'être qui je suis."