"Charlie Hebdo" s'installe à "Libération" pour préparer son "journal des survivants"

Les rescapés de l'attentat qui a visé la rédaction du magazine satirique ont commencé à travailler à l'élaboration d'un nouveau numéro.

Le dessinateur Luz arrive à \"Libération\", à Paris, le 9 janvier 2015, pour préparer le \"journal des survivants\" de \"Charlie Hebdo\".
Le dessinateur Luz arrive à "Libération", à Paris, le 9 janvier 2015, pour préparer le "journal des survivants" de "Charlie Hebdo". (BERTRAND GUAY / AFP)

Ce sera "le journal des survivants". Les rescapés de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo ont été accueillis, vendredi 9 janvier, par Libération, à Paris. Le quotidien héberge les équipes du magazine satirique, afin de leur permettre de préparer un nouveau numéro à paraître mercredi, avec un tirage d'un million d'exemplaires.

>>> Attentat à Charlie Hebdo : suivez les recherches des suspects en direct

"Le crayon au-dessus de la barbarie"

"Nous les hébergeons parce qu'ils n'ont plus un crayon, a expliqué Pierre Fraidenraich, directeur opérationnel de Libération. Leurs ordinateurs et toutes leurs affaires sont sous scellés. Ils ont perdu leurs frères." "Ils sont une trentaine de 'Charlie Hebdo', a précisé le directeur de la rédaction, Laurent Joffrin. Il faut continuer à faire de l'humour."

Parmi cette équipe figurent le dessinateur Luz, le reporter Laurent Léger, l'urgentiste-chroniqueur Patrick Pelloux et l'avocat du journal, Richard Malka. Tous ont choisi de continuer le travail, "parce que le crayon sera toujours au-dessus de la barbarie", "parce que la liberté est un droit universel", précise le site internet de Charlie Hebdo.

Une réunion dans "l'intimité"

Les équipes du magazine satirique seront installées au 8e étage de l'immeuble de Libération, dans la "salle du hublot", où se tiennent les assemblées générales du quotidien. Les journalistes extérieurs aux deux journaux ont été tenus à l'écart : "On a besoin de se réunir dans une certaine intimité", a expliqué Richard Malka, le seul à s'exprimer. Le Premeir ministre, Manuel Valls, et la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, leur ont rendu visite.