Caricatures : un tweet insultant du ministre de la Culture turc adressé à "Charlie Hebdo" signalé à la justice

Le ministre avait traité de "bâtards" et de "fils de chiennes"les membres de "Charlie Hebdo". Le message de Serdar Cam, publié mardi soir, a ensuite été supprimé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Serdar Cam, le ministre délégué à la Culture de la Turquie, à Islamabad (Pakistan), le 14 février 2020. (MUHAMMED SEMIH UGURLU / ANADOLU AGENCY / AFP)

"Vous êtes des bâtards… Vous êtes des fils des chiennes…" C'est ce qu'a écrit Serdar Cam, ministre délégué à la Culture en Turquie, sur Twitter, mardi 27 octobre, dans un message adressé à Charlie Hebdo. Son tweet a ensuite été supprimé. Le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme (Dilcrah) a annoncé, le lendemain, avoir saisi la justice.

Serdar Cam réagissait à la Une de l'hebdomadaire satirique, datée du 28 octobre, caricaturant le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il est dessiné en T-shirt et sous-vêtements, en train de boire une bière et de soulever la jupe d'une femme portant le voile, dévoilant ainsi ses fesses nues.

"Il y a quelque chose d'indécent dans le contexte actuel marqué et par le procès des attentats de Charlie Hebdo et par la tragédie de l'assassinat de Samuel Paty à mettre de l'huile sur le feu en menaçant la rédaction de Charlie", a expliqué Frédéric Potier.

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT a par ailleurs directement interpellé Twitter. Le message "nauséabond de ce haut dignitaire turc est-il conforme à vos conditions d'utilisation ? La @DILCRAH saisira la justice de son côté. Nous ne cèderons rien à ces tentatives d'intimidation. #toujoursCharlie", a-t-il tweeté.

Les autorités turques ont vivement réagi à la publication de Charlie Hebdo. Recep Tayyip Erdogan a qualifié la caricature d'"attaque ignoble", commise par des "vauriens""Nous savons que la cible, ce n'est pas ma personne, mais nos valeurs", a-t-il poursuivi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.