Attentats de "Charlie Hebdo" : la veuve d'un policier porte plainte

Ingrid Brinsolaro rouvre le débat sur la sécurité autour de l'hebdomadaire satirique malgré des menaces avérées.

France 3

Ce mardi 5 janvier, Ingrid Brinsolaro a participé aux hommages parisiens avec les autres familles des victimes. Un an après l’attentat de Charlie Hebdo, elle attend toujours des réponses à ses questions. Son mari était affecté à la protection de Charb, le rédacteur en chef du journal satirique.

Pour sa veuve, il y a eu des manquements évidents dans le dispositif de sécurité autour de Charlie Hebdo. "C’était évident que les moyens mis en place sur une mission de ce type-là sur une personne menacée de mort, c’était incohérent", confie Ingrid Brinsolaro au micro de France 3. "Si le dispositif avait été à la hauteur de la menace, si la menace n’avait pas été sous-estimée, ça ne serait pas arrivé. Peut-être que ça ne serait pas arrivé."

Une plainte contre X pour homicide involontaire

Un an après la disparition de son mari, elle justifie son combat estimant qu’elle doit pouvoir raconter un jour la vérité à ses enfants. Quelques semaines avant l’attentat, la voiture de police en bas de l’immeuble de Charlie Hebdo avait été retirée. Bernard Cazeneuve précise que la protection statique avait été substituée, pour des raisons de sécurité, par des gardes dynamiques. Ingrid Brinsolaro vient de déposer plainte contre X pour homicide involontaire.

Le JT
Les autres sujets du JT