Cet article date de plus de neuf ans.

Barack Obama prix Nobel de la paix

Le prix Nobel de la paix 2009 a été attribué au président américain Barack Obama "pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples", a annoncé le jury du prix à Oslo.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Le nom du président américain avait été mentionné mais beaucoup d'experts considéraient qu'il était trop tôt pour le récompenser. Elu en novembre dernier, Barack Obama a prêté serment en janvier. Depuis le président a effectivement prononcé de nombreux discours d’intentions. Mais la mise en pratique se fait toujours attendre. Charismatique et médiatique, il semble inspirer à son public un enthousiasme contagieux, mais se trouve confronté à deux conflits ouverts, en Irak et en Afghanistan, où il est à la recherche d'une nouvelle stratégie.

Le comité Nobel a pourtant accordé une importance spéciale à la vision d'Obama d'un monde sans armes nucléaires. Selon le jury le président s'emploie à relancer le processus de paix isralo-palestinien, depuis son investiture en janvier dernier. Il a ''créé un nouveau climat dans les relations politiques internationales. La diplomatie multilatérale a repris une position centrale, avec l'accent mis sur le rôle que les Nations unies et d'autres institutions internationales peuvent jouer'', ajoute son communiqué.

Président féru de nouvelles technologies, Barack Obama avait construit un réseau de soutien sur Facebook pendant sa campagne. Son prix suscite forcément de nombreuses réactions sur la toile.

Il n'est pas le premier chef d'Etat ou de gouvernement en exercice à obtenir le Nobel de la paix: ce fut déjà le cas par exemple de Mikhaïl Gorbatchev, alors président soviétique, en 1990. Le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin également avait partagé le Nobel de la paix avec le numéro un palestinien Yasser Arafat, en 1994.

Caroline Caldier avec agences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.