Les "travaux interdits" désormais accessibles aux jeunes apprentis

Pour encourager l'apprentissage, le gouvernement a simplifié l'accès aux travaux considérés comme dangereux aux jeunes de moins de 18 ans. Un décret entré en vigueur le 1er mai. De quoi faciliter par exemple le quotidien des apprentis boulangers.

(Jusqu'à présent, les apprentis ne devaient pas utiliser le pétrin © Fotolia- Alonbou)

Au petit matin dans le fournil de la boulangerie "L'essentiel", quatre artisans travaillent en silence. Parmi ces hommes en blancs, Bernabé, 16 ans. Il est apprenti.

Le pétrin, c'est cette grosse machine qui tourne en continue pour malaxer la pâte à pain. Le patron de Bernabé a décidé de laisser son apprenti s'en servir. Mais jusqu'à aujourd'hui il était à la limite de la légalité. Avec le nouveau décret il suffira d'envoyer une déclaration à l'inspection du travail pour être dans la légalité. 

"Si on veut un apprentissage performant et concret, il faut tout de même une certain autonomie, une certaine confiance dans l'apprentissage " dit-il.

Cette évolution légale soulage aussi Bernabé sur la qualité de sa formation. "Si je commence dès maintenant à ne pas toucher à ces machines,  je n'aurai pas l'efficacité d'un employé normal."

A côté de Bernabé un homme aux cheveux blancs tend une grande perche pour retirer les pains du four. Sur son bras de grosses marques rouges. En 45 ans de métier Marcel s'est brûlé plusieurs fois. "C'est rien, ce sont de petites brûlures ..."

Pour la profession l'apprentissage est vital. Le patron espère que le jour venu, Bernabé ou un autre apprenti, reprendra sa boulangerie.