Cet article date de plus de neuf ans.

Les smartphones pourront être "débridés"

Suite à une révision de la loi américaine sur les droits d'auteur, les utilisateurs américains de smartphones pourront désormais télécharger leurs applications sur n'importe quelle plateforme légale de téléchargement. Ils pourront aussi choisir leur opérateur. Une révolution qui n'est pas du goût de tous les fabricants de téléphones, Apple en particulier grince des dents...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Dans le jargon informatique on appelle cela "jailbreaking". En français, "débridage". Il s'agit de désactiver les fonctions de sécurité de son appareil pour lui permettre d'utiliser toutes les applications possibles, tant qu'elles ont été téléchargées légalement. En clair, le propriétaire d'un Iphone "débridé" ne sera plus obligé de passer par la plateforme Apple Store pour télécharger musique ou applications.

La modification du Digital Millennium Copyright Act (DMCA), la loi sur les droits d'auteurs numériques, va également permettre aux utilisateurs américains de smartphones de changer d'opérateur. Elle mettra donc fin à l'exclusivité liant Apple à l'opérateur AT&T. Selon l'Electronic Frontier Foundation, une association qui a fait pression en faveur de cette évolution de la loi, le
nombre de propriétaires d'iPhone ayant "débridé" leur combiné pour pouvoir changer d'opérateur est estimé à un million.

La marque à la pomme s'était opposé à une telle révision, arguant du risque qu'autoriser le "bidouillage" des téléphones portables ouvrirait une brèche à des virus informatiques et affecterait la qualité de l'appareil lui-même. Dans une lettre au Bureau des Copyrights, Apple avait souligné qu'autoriser le déblocage des iPhones briserait une "chaîne de confiance" liant le groupe à sa clientèle. En vain, les consommateurs jugeront...

Caroline Caldier, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.