Cet article date de plus de dix ans.

Les saisies immobilières aux Etats-Unis ont atteint en septembre un nouveau record

Ces saisies ont concerné 102.134 logements, dépassant pour la première fois la barre des 100.000, indique RealtyTrac, un cabinet spécialisé.Les saisies ont également atteint un record sur l'ensemble du troisième trimestre, (plus 7% par rapport au trimestre précédent et plus 22% en glissement annuel).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Vente immobiliere aux USA (AFP/PAUL J. RICHARDS)

Ces saisies ont concerné 102.134 logements, dépassant pour la première fois la barre des 100.000, indique RealtyTrac, un cabinet spécialisé.

Les saisies ont également atteint un record sur l'ensemble du troisième trimestre, (plus 7% par rapport au trimestre précédent et plus 22% en glissement annuel).

RealtyTrac table qu'elles baisseront "au quatrième trimestre dans la mesure ou plusieurs prêteurs de premier plan ont cessé dans certains Etats les ventes aux enchères de logements dont les propriétaires font défaut sur leur emprunt". Bank of America avait annoncé le 8 octobre qu'elle suspendait ce type de ventes aux enchères dans tous les Etats-Unis jusqu'à nouvel ordre.

Sur cette question, l'autorité américaine de régulation du marché du financement du logement a publié mercredi une directive enjoignant aux organismes de prêts hypothécaires de continuer sans délai les saisies immobilières dont la procédure n'a été entachée d'aucune irrégularité. "Les retards dans les saisies augmentent les coûts et les poids que celles-ci font poser aux voisinages, aux investisseurs et aux contribuables", ajoute la FHFA, autorité tutélaire des organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac depuis septembre 2008.

"Pour les communautés de quartier", ajoute le texte, le retard se traduit par "une augmentation des logements inoccupés", ce qui a tendance à faire baisser localement les prix immobiliers et donc la valeur du patrimoine des voisins, dans un pays où plus des deux tiers des ménages sont propriétaires de leur logement.

La Maison Blanche n'est pas favorable à un moratoire des saisies. Il faut que les banques respectent la procédure légale, a dit mardi Robert Gibbs, porte-parole du président Barack Obama, mais un moratoire aurait "une série de conséquences inattendues", et "nous ne voulons pas voir davantage d'avanies frapper le marché du logement et sa reprise".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.