Cet article date de plus de dix ans.

Les gouvernements de la zone euro seront "responsables" de la dette grecque en cas de défaut de paiement d'Athènes

C'est ce que considère le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet dans un entretien diffusé sur le site internet du Financial Times Deutschland (FTD) .
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne. (AFP - Daniel Roland)

C'est ce que considère le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet dans un entretien diffusé sur le site internet du Financial Times Deutschland (FTD) .

Si les décisions des gouvernements conduisent à un défaut de paiement, même partiel, d'Athènes, "ceux-ci devront faire en sorte d'apporter des garanties au 'système euro'", c'est-à-dire à la Banque centrale européenne (BCE) et aux banques centrales des pays membres de la zone euro, afin de protéger la monnaie unique, estime M. Trichet.

"J'ai prévenu plusieurs fois en détail les chefs d'Etat et de gouvernement qu'en cas de défaut de paiement d'un pays, on ne pourra plus accepter ses obligations comme des garanties normales. Dans ces conditions, les gouvernements (responsables de cette situation) devraient alors eux-mêmes s'engager pour corriger la situation. Cela serait leur devoir", a dit M. Trichet, dans cette interview mise en ligne dimanche soir.

Les dirigeants des pays de la zone euro doivent décider d'un deuxième plan d'aide à la Grèce à l'occasion d'un .

Les tractations portent principalement sur les modalités de la
participation du secteur privé créancier de la Grèce. L'Allemagne exige que les banques mettent cette fois la main au portefeuille, afin de faire passer la pilule à une opinion publique réticente à payer pour les autres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.