Cet article date de plus de dix ans.

Les analystes estiment à un million le nombre d'iPad 2 vendus lors du week-end de sa sortie outre-Atlantique

Aujourd'hui la version de la tablette d'Apple est disponible en Europe en général et en France en particulier.Précurseur sur ce marché, Apple doit-il craindre une concurrence de plus en plus forte alors que Samsung et Motorola ont déjà lancé leur tablette et que d'autres s'apprêtent à le faire dans un marché en plein changement.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Présentation de l'iPad 2 par Steve Jobs (en personne !) mercredi 2 mars (AFP/KIMIHIRO HOSHINO)

Aujourd'hui la version de la tablette d'Apple est disponible en Europe en général et en France en particulier.

Précurseur sur ce marché, Apple doit-il craindre une concurrence de plus en plus forte alors que Samsung et Motorola ont déjà lancé leur tablette et que d'autres s'apprêtent à le faire dans un marché en plein changement.

L'iPad 1 avait séduit 500.000 acheteurs lors du week-end de sa sortie et avait franchi la barre du million après 28 jours de commercialisation. En neuf mois en 2010, Apple en a écoulé 15 millions, deux à trois plus que ce qu'attendaient les analystes. Ces experts s'attendent à ce que 30 millions d'iPad 2 soient vendus cette année, voire davantage, pour un chiffre d'affaires estimé à 20 milliards de dollars (14,12 milliards d'euros).

Steve Jobs a donc réussi son pari de créer une nouvelle branche dans la micro-informatique, entre le PC de bureau et l'ordinateur portable. Une réussite qui aurait bouleversé le marché.

Les ventes mondiales d'ordinateurs personnels n'ont connu qu'une faible croissance au quatrième trimestre 2010, selon des cabinets d'études qui relèvent une faible demande pendant la période des fêtes et la concurrence de l'iPad d'Apple. "Si on observe l'Europe et les Etats-Unis, le marché n'était pas très bon. Et ce, en partie à cause des tablettes", a déclaré Jay Chou, analyste chez IDC, soulignant également que les netbooks (mini-ordinateur à bas coût) avaient désormais perdu l'attrait de la nouveauté. "Globalement, les ventes de PC ont été faibles dans de nombreux marchés clés durant la saison des fêtes", a noté une analyste de Gartner, Mikako Kitagawa, en soulignant dans un communiqué que "les tablettes multimédia comme l'iPad (d'Apple) et d'autres objets de consommation comme les consoles de jeu ont concurrencé l'ordinateur".

Aux Etats-Unis, le marché s'est contracté de 4,8% selon IDC, et de 6,6% selon Gartner. "Cette situation a des chances de persister en 2011, voire de s'aggraver, avec une vague de tablettes multimédias qui pourrait entamer le marché des ordinateurs traditionnels", selon David Daoud, directeur de recherche à IDC. La demande pour les PC pourrait continuer à faiblir, alors que des dizaines de fabricants se sont engouffrés dans le sillage d'Apple et prévoient de lancer à leur tour des tablettes tactiles. Les ventes mondiales de tablettes devraient dépasser 50 millions d'unités en 2011, ce qui laisse présager que la demande pour des ordinateurs "traditionnels" sera encore affectée.

Les résultats d"Acer montrent cette tendance. L"entreprise taïwanaise qui a pâti de la désaffection pour les netbooks, a accusé une chute de 15% de ses livraisons.

BlackBerry (RIM), a annoncé jeudi un bond de 47% de son bénéfice annuel, mais ses prévisions pour le trimestre en cours ont déçu. Le cours de son titre a chuté de 11%. Mais RIM a annoncé des objectifs de résultats pour le trimestre en cours et l'ensemble de l'exercice 2012 bien inférieurs aux attentes du marché. Le groupe invoque des coûts plus importants que prévus de développement de sa tablette PlayBook, intégrée au système de ses téléphones BlackBerry, qui doit être vendue à compter du 19 avril aux Etats-Unis et au Canada.

Dans ce marché bouleversé par Apple, le site Cnet a noté cependant en avant la très bonne tenue des readers dont le nombre de livraisons (chiffres mieux connus que celui des ventes) est presque équivalent à celui des tablettes en 2010 (12 millions contre 18 millions pour les tablettes).

Dans ce combat, comme dans celui qui a marqué l"arrivée de l"iPhone (qui a provoqué un recul de la capitalisation de Nokia de 80%, selon les Echos) Google et son système Androïd (adopté notamment sur la tablette Samsung qui a annoncé une révision à la baisse de ses prix à cause de l"iPad 2) n"entend pas laisser le monopole à la firme de Steve Jobs et à ses juteuses applications. Affaire à suivre donc.

Voir aussi:
-
-
-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.