Cet article date de plus de neuf ans.

Le yen s'est nettement replié vendredi après l'intervention concertée des banques centrales américaine et européenne

Les banques centrales des pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) ont mené vendredi une intervention concertée sur les marchés des changes en réaction à la flambée du yen qui a suivi le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un tokyoïte devant un tableau de changes. (AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO)

Les banques centrales des pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) ont mené vendredi une intervention concertée sur les marchés des changes en réaction à la flambée du yen qui a suivi le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars.

La Fed pourrait ainsi avoir vendu des yens pour une valeur comprise entre "600 millions et un milliard de dollars", selon l'agence financière Dow Jones Newswires.

Les sept principales économies de la planète avaient annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi une "intervention concertée" pour enrayer la hausse de la devise japonaise, une première depuis plus de dix ans.

La monnaie japonaise, déjà très forte, avait vivement progressé depuis le séïsme en raison de la possibilité de voir les Japonais rapatrier à des fins de reconstruction une partie de leur épargne placée à l'étranger (et notamment en dette américaine).

L'action des banques centrales pourrait fonctionner en raison de leur coordination (ce qui n'est pas fréquent) et en raison de la politique très laxiste de la banque centrale japonaise (qui a injecté 3.000 milliards de yens supplémentaires sur les marchés, portant le montant dépensé depuis le début de la semaine à 37.000 milliards de yens soit 333 milliards d'euros).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.