Le site pétrolier de Fos-sur-Mer débloqué par les forces de l'ordre

Ce mardi matin, les forces de l'ordre sont intervenues autour du dépôt pétrolier et de la raffinerie Esso de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône pour libérer des accès bloqués depuis lundi.

(La CGT bloque le dépôt pétrolier de fos-sur-Mer depuis la nuit de dimanche à lundi © MaxPPP)

Plusieurs centaines de militants CGT opposés à la loi Travail se relayaient depuis la nuit de dimanche à lundi pour bloquer le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer près de Marseille. Vers 5h30, ce mardi matin, ils ont été délogés par des CRS. Les camions citernes peuvent à nouveau accéder aux installations. Un dispositif de force de l'ordre est "maintenu toute au long de la journée, jusqu'à au moins demain " a prévenu le préfet de police des Bouches-du-Rhône. "L'objectif est d'empêcher les individus de venir reconstituer les barrages."

"L'objectif est d'empêcher les individus de venir reconstituer les barrages" (préfet de police des Bouches-du-Rhône)
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►Déblocage de Fos-sur-Mer : "Force est restée à la loi, l'approvisionnement a repris" (Préfet de police)

Selon le secrétaire général de la CGT des Bouches-du-Rhône, Olivier Mateu, les forces de l'ordre "ont dégagé les deux piquets". "On a rassemblé tout le monde sur le parking de l'union local CGT de Fos-sur-Mer" a-t-il décrit et "depuis on est empêché de sortir" . "C'est un coup d'épée dans l'eau pour le gouvernement" a estimé le syndicaliste. Cette démonstration de force va "faire rentrer d'autres professions dans le mouvement. C'est la seule chose qu'il va gagner. Nous, on va continuer" , a prévenu Olivier Mateu.

"Pour le gouvernement, c'est un coup d'épée dans l'eau" : le secrétaire général de la CGT des Bouches-du-Rhône, Olivier Mateu
--'--
--'--

Des dockers, des cheminots, des électriciens de la CGT s'étaient installés à un rond-point aux abords du dépôt d'essence et empêchaient les camions citernes d'aller s'approvisionner afin de servir les stations-service. Ils avaient monté une barricade avec des pneus en feu pour "durer plus longtemps au cas où la police tente d'intervenir". Ce mardi, d'après le témoignage d'une commerçante dont la boutique se trouve face à l'une des entrées du site pétrolier, les manifestants et une centaine de CRS se sont fait face, sans tension dans un premier temps, de chaque côté d'une barricade faite de pneus et de poubelles en feu.

Les blocages autour de dépôts de carburant et de raffineries provoquent depuis plusieurs jours des difficultés d'approvisionnement de stations-service, entraînant des ruées d'automobilistes aux pompes.

A LIRE AUSSI ►►►Depuis Israël, Manuel Valls dénonce le "jusqu'au-boutisme" de la CGT