Le prix du gaz, qui avait déjà augmenté de 9,7% le 1er avril, devrait augmenter de 4 à 5% au 1er juillet

C'est ce qu'affirme jeudi soir Le Figaro sur son site internet."La formule de fixation des prix du gaz - qui prévoit que ceux-ci soient indexés sur ceux du pétrole - permet de tabler sur une hausse de quelque 4,5 %. Interrogé, GDF Suez n'a fait aucun commentaire", écrit le quotidien.

Signalisation de conduite de gaz dans un immeuble parisien
Signalisation de conduite de gaz dans un immeuble parisien (AFP/JACQUES DEMARTHON)

C'est ce qu'affirme jeudi soir Le Figaro sur son site internet.

"La formule de fixation des prix du gaz - qui prévoit que ceux-ci soient indexés sur ceux du pétrole - permet de tabler sur une hausse de quelque 4,5 %. Interrogé, GDF Suez n'a fait aucun commentaire", écrit le quotidien.

"Dans ce contexte, le gouvernement a examiné plusieurs options. Il a même envisagé très sérieusement que l'entreprise ne procède à aucune majoration tarifaire le 1er juillet. A contrario, d'autres intervenants se sont demandé s'il ne fallait pas accroître la hausse du 1er juillet, de manière à atténuer la hausse, d'ores et déjà prévisible, du 1er octobre, au moment où les Français remettent leur chauffage en route" poursuit le site internet.

Les tarifs réglementés du gaz naturel ont augmenté de 9,7% le 1er avril, soit une hausse des factures annuelles allant de 12 à 85 euros pour les ménages. 44% des foyers français se chauffent au gaz. Entre juin 2005 et avril 2009, les tarifs du gaz naturel ont augmenté en France de 46%.

Interrogé par l'AFP, GDF Suez n'a pas fait de commentaire. "On est toujours en période de calcul (jusqu'au 31 mai, ndlr) et aucune demande n'a encore été déposée auprès de la CRE (Commission de régulation de l'Energie)", a indiqué un porte-parole. Selon les nouvelles règles de fixation des tarifs réglementés, censées rendre les évolutions plus prévisibles, le gouvernement fixe une fois par an "les barèmes" déterminant le cadre général dans lequel évoluent les prix du gaz naturel.

GDF Suez est ensuite chargé de proposer des hausses ou des baisses de tarifs dans les limites de ce cadre. La CRE approuve ou refuse ensuite la proposition soumise par le groupe privé par le biais d'un avis contraignant. GDF Suez doit soumettre ses propositions à la CRE avant le 10 juin, pour une éventuelle entrée en application le 1er juillet.

-> Voir aussi le site de la Commission de régulation de l'énergie.