Cet article date de plus de huit ans.

Le prix du gaz augmentera de 2% au 1er octobre

De son côté, GDF Suez demandait une hausse de 7%.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prix du gaz pour les particuliers augmentera de 2% à partir du 1er octobre 2012. (JOHANNA LEGUERRE / AFP)

ECONOMIE - Le prix du gaz pour les particuliers augmentera de 2% à partir du 1er octobre, a annoncé le gouvernement lundi 17 septembre. De son côté, GDF Suez demandait une hausse de 7% pour compenser ses coûts d'approvisionnement.

Le gouvernement a donc tenu bon dans le bras de fer qu'il avait entamé face au gazier. Cet été, le Conseil d’Etat avait annulé le gel des prix décidé par le gouvernement Fillon, fin 2011, après avoir été saisi par GDF Suez.

Des prix indexés sur ceux du pétrole

Auparavant, c'est l'Etat qui avait la main sur les variations de prix du gaz. Mais le décret du 18 décembre 2009 a changé les règles du jeu. Désormais, le groupe GDF Suez, détenu à 36% par l’Etat, transmet sa demande à la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui vérifie que la demande est conforme aux textes. L’avis de la CRE atterrit ensuite sur le bureau du ministère de l'Energie. C’est donc le gouvernement qui tranche.

Mais de façon plus générale, pour acheter du gaz naturel, GDF Suez a signé des contrats à long terme avec plusieurs fournisseurs, ce qui permet d'assurer des approvisionnements pendant vingt à vingt-cinq ans.

Le prix du gaz acheté est alors indexé sur celui du pétrole. Pourquoi ? Dans les années 1970, les promoteurs du gaz naturel ont choisi ce système pour défier le fioul, un dérivé du pétrole, alors très utilisé. Quarante ans plus tard, la hausse des cours du pétrole a donc la fâcheuse tendance à faire aussi grimper le coût du gaz.

Delphine Batho veut une réforme des règles

Mais le 13 septembre, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Delphine Batho, a annoncé son intention de proposer à la fin du mois une réforme du système de fixation des tarifs réglementés du gaz, critiquant dans le système actuel une "sorte de loterie, où l'opérateur demande une hausse des prix, où l'Etat est mis au pied du mur".

Cette réforme sera, selon elle, évoquée lors de l'examen cet automne de la proposition de loi instaurant des tarifs progressifs de l'énergie.

Francetv info

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.