Cet article date de plus de cinq ans.

Le patron de Twitter démissionne

Dick Costolo, en poste depuis six ans, paie ainsi le prix d'une croissance trop lente au goût des investisseurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de Twitter à Santa Monica (Californie), le 7 avril 2015. (JONATHAN ALCORN / AFP)

La nouvelle a fait grimper l'action de Twitter en Bourse. Le groupe américain a annoncé jeudi 11 juin la démission de son directeur général, Dick Costolo, en poste depuis six ans. Il paie ainsi le prix d'une croissance trop lente au goût des investisseurs. Jack Dorsey, cofondateur et président du conseil d'administration du réseau social, assurera l'intérim à la tête du groupe en attendant la désignation d'un nouveau directeur général.

L'information faisait grimper le titre du site de micro-blogging de 7,7% dans les transactions d'après-Bourse à Wall Street, à 38,60 dollars.

Des résultats décevants

Dick Costolo, dont la démission prendra effet le 1er juillet, restera administrateur de la société, a précisé Twitter dans un avis financier. Dans un communiqué, il s'est dit "immensément fier" de ses six années à la tête de Twitter.  

"Malheureusement, ce n'est pas une surprise", a commenté Nate Elliott, analyste chez Forrester Research. "La vérité, c'est que Twitter ne va pas très bien en ce moment." En effet, en termes de croissance du nombre d'utilisateurs, Twitter est loin des autres réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou Snapchat. "Twitter n'a jamais été très bon pour retenir ses utilisateurs. Alors que d'autres sites ont su améliorer leurs fonctions ou en lancer de nouvelles ces dernières années, Twitter a peu évolué. Le résultat a été une croissance du nombre d'utilisateurs désespérément faible", souligne Nate Elliott.

Selon la firme de recherche eMarketer, la base d'utilisateurs mensuels de Twitter ne progressera que de 14,1% cette année, contre plus de 30% il y a deux ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.