La fin de la prime à la casse fait toujours caler le marché automobile

Il a reculé de 20,4% au premier trimestre, selon des chiffres dévoilés vendredi par "Les Echos".

Le recul des ventes au premier trimestre 2012 est plus marqué pour Peugeot (-31%) que pour les autres constructeurs automobiles.
Le recul des ventes au premier trimestre 2012 est plus marqué pour Peugeot (-31%) que pour les autres constructeurs automobiles. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Cela fait plus d'un an mais la fin de la prime à la casse pèse toujours sur les ventes de voiture. Le marché automobile français a reculé de 20,4% au premier trimestre, selon des données quasi-définitives arrêtées au 28 mars divulguées vendredi 30 mars par le site internet des Echos.

Les chiffres officiels définitifs doivent être communiqués lundi, mais selon ces données obtenues auprès d'un constructeur, le recul est de 20,8% au mois de mars, par rapport à mars 2011. Environ 3 000 voitures de toutes marques n'ont pas encore été incluses dans les statistiques du mois de mars, sur un total de 157 000.

Les marques françaises en perte de vitesse

Les marques françaises, qui avaient largement bénéficié de la prime à la casse jusqu'à son extinction en décembre 2010, reculent plus nettement (-29%) au premier trimestre que les étrangères (-8,4%). Renault baisse de 29% tandis que Dacia est en repli de 28%. Le recul est plus marqué pour Peugeot (-31%) et Citroën perd 26%.

Au total, les marques françaises ne représentent que 52% du marché hexagonal contre 58% au premier trimestre 2011, soulignent Les Echos.