Le conseil d'administration d'EDF approuve le projet nucléaire d'Hinkley Point

Le conseil d'administration d'EDF a voté ce jeudi en faveur du projet nucléaire d'Hinkley Point, selon les informations recueillies par France Info.

(Tour EDF, La Defense, Puteaux, France © MANUEL COHEN / AFP)

Le projet Hinkley Point a recueilli 10 voix pour et 7 contre.Un feu vert requérait la majorité des votants. Parmi les opposants au projet figurent les six administrateurs salariés ainsi que l'administratrice indépendante. Cette étape marque le coup d'envoi de la construction des deux réacteurs EPR projetés à Hinkley Point, qui doivent entrer en service à partir de 2025.

Plusieurs démissions au sein du conseil d'administration 

Toutefois, quelques heures avant le début de la réunion, un administrateur proposé par l'Etat, Gérard Magnin, avait démissionné en raison de son désaccord avec Hinkley Point et la stratégie nucléaire de l'entreprise.Une autre démission au sein d'EDF liée à Hinkley Point, avait déja eu lieu début mars, celle du directeur financier. Le feu vert d'EDF intervient après des mois d'opposition des syndicats CGT, CFE-CGC et FO, qui voulaient un report du projet en faisant valoir qu'il mettrait en péril les finances de l'entreprise et que le groupe devait attendre le retour d'expérience des EPR en construction en France (Flamanville) et en Chine (Taishan).

Greepeace dénonce "un projet suicidaire"

Dans un communiqué, Greenpeace France dénonce "un projet suicidaire pour EDF ", estime qu'EDF "se tire une balle dans le pied ", et que "ce choix mène l’entreprise tout droit vers la faillite ". Par ailleurs, Greenpeace France déclare qu'en investissant "dans le projet d’Hinkley Point, EDF s’interdit le moindre investissement dans les énergies renouvelables, ou dans la maintenance et la sûreté nucléaire qui posent déjà de grandes difficultés techniques et financières".

Selon l'organisation, "l’EPR est le réacteur le plus dangereux au monde et ce nouveau projet de construction est une aberration totale. [...] EDF avait fait un premier pas vers un avenir porteur en s’engageant à doubler la capacité installée dans les renouvelables d’ici à 2030. Cet avenir part en fumée avec Hinkley Point C ", peut-on lire dans ce communiqué.