Lafarge va supprimer 380 postes, dont 166 en France

Le cimentier français prépare sa fusion avec Holcim, approuvée le 8 mai. Cette union aboutira à la création du numéro un mondial du secteur. 380 postes vont être supprimés dont 166 en France.

(Usine Lafarge à La Couronne © MaxPPP)

Lafarge a annoncé mardi le lancement d'un projet de réorganisation des fonctions centrales dans le cadre de la fusion avec le suisse Holcim. Une fusion qui engendre la suppression nette de 380 postes sont prévues dans le monde dont 166 en France, précise le groupe cimentier français dans un communiqué.  Le futur groupe LafargeHolcim comprendra au total environ 115.000 collaborateurs, précise le cimentier français dans un communiqué. Le projet de réorganisation prévoit un nombre équivalent de collaborateurs en France et en Suisse, dans les fonctions centrales. Lafarge souligne, qui compte 4.500 salariés en France, précise qu’il n’y aura pas d'impact sur les fonctions opérationnelles de Lafarge en France.

Le centre de recherche et développement du nouvel ensemble serait situé en France, à l'Isle-d'Abeau, près de Lyon, ajoute Lafarge. Concernant les suppressions de postes, prévues à Paris et à Lyon, Lafarge dit vouloir privilégier la mobilité interne, les retraites et les départs volontaires.

La finalisation du projet de fusion, prévue en juillet, nécessite la réussite de l'OPE par apport de plus des deux tiers de leurs actions par les actionnaires de Lafarge. Face au mécontentement de certains actionnaires, Lafarge et Holcim avaient revu en mars les modalités de leur fusion.