La ville de Strasbourg encadre les locations sur Airbnb

La ville de Strasbourg veut encadrer les locations de meublés touristiques via Internet. On estime à 3 000 (principalement via le site Airbnb) le nombre d'appartements ainsi loués dans la capitale alsacienne. Cela fait concurrence aux hôteliers qui proposent environ 10 000 lits.

(Environ 3 000 meublés touristiques sont proposés en location sur Internet à Strasbourg © MaxPPP)

Désormais, chaque propriétaire ne pourra louer plus de deux appartements, et sur une période allant jusqu'à neuf ans maximum. Par ailleurs, Airbnb collectera directement la taxe de séjour au profit de la ville. Auparavant, les logeurs devaient le faire eux-mêmes, mais très peu s'acquittaient de cette taxe (environ 10%). Cela permettra de collecter environ 4 millions d'euros.

Une régulation mais pas une interdiction des Airbnb

La mairie ne veut pas interdire la pratique mais réguler le marché pour éviter une confiscation des appartements au centre-ville et une concurrence déloyale pour les hôteliers. "Il ne doit pas y avoir de dérives avec la professionnalisation de la location de meublés touristiques, c'est-à-dire des propriétaires qui deviennent multipropriétaires d'appartements et qui les mettent en location  ", souligne Alain Fontanel, le premier adjoint au maire de Strasbourg sur France Info. "Ces multipropriétaires feraient une activité hôtelière sans en avoir les contraintes  (...) Et ce sont des logements qui sortent du parc locatif.

Une régulation pour empêcher "les dérives" explique Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg
--'--
--'--

La ville de Strasbourg va renforcer ses contrôles et les contrevenants risquent jusqu'à 25.000 euros d'amende.

À LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous... Airbnb