La taxe carbone : une aubaine financière pour l'État

Le grand paradoxe de la taxe carbone : alors que les prix de l'essence sont au plus bas, on apprend qu'elle devrait rapporter 30% sur les six derniers mois. Un jackpot pour les caisses de l'État.

France 2
Les pompes à essence, le nouveau jackpot de l'État. Depuis six mois, la taxe sur les produits énergétiques a bondi : +30% par rapport à 2015 soit 1,8 milliard d'euros en plus dans les caisses. Plusieurs causes selon Bercy : d'abord la consommation qui repart à la hausse, mais surtout l'application de la taxe carbone, fiscalité verte, qui s'applique aux carburants les plus polluants. Sans compter la facture qui s'alourdit en parallèle pour le diesel. Au total cette année, c'est deux centimes d'euros taxés en plus par litre de sans-plomb 95, 3,5 centimes pour le diesel.

En 2017, l'État va à nouveau alourdir les taxes

"Si on prend un litre de gasoil à un peu plus d'un euro, vous allez avoir 33-34 centimes qui vont payer le pétrolier et par un coup de baguette magique, il suffit de décrocher le pistolet du réservoir et l'État rajoute presque 70 centimes de taxes", explique Chistian Scholly, directeur général de l'"Automobile Club Association". Mais cette augmentation n'a pas été perçue par les conducteurs. Indolore grâce à la baisse de cours du pétrole, les prix des carburants ont chuté : -4% pour le diesel et -8% pour le sans-plomb 95. Ces recettes fiscales qui augmentent, ce n'est pas terminé. En 2017, l'État va à nouveau alourdir les taxes, en particulier sur le diesel.

Le JT
Les autres sujets du JT