La gendarmerie s'équipe en Alpine : "Il y a un avenir à Dieppe pour le made in France", selon le député Sébastien Jumel

La gendarmerie nationale a commandé 26 exemplaires d'Alpine A110 fabriquées à Dieppe. "C'est une excellente nouvelle pour laquelle j'ai milité" se félicite le député PCF de Seine-Maritime.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une Alpine A110 au salon de l'automobile de Bourgoin-Jallieu, en Isère. (MOURAD ALLILI / MAXPPP)

Le ministère de l'Intérieur a annoncé mercredi 13 octobre que la gendarmerie nationale a commandé 26 exemplaires d'Alpine A110, des voitures de sport fabriquées à Dieppe, en Seine-Maritime, par le groupe Renault, pour assurer des interventions rapides. "C'est une excellente nouvelle pour laquelle j'ai milité", a réagi sur franceinfo Sébastien Jumel, député PCF de la circonscription de Dieppe (Seine-Maritime). 

"Le premier combat a consisté à faire la démonstration qu'il y avait un avenir à Dieppe pour le made in France, avec le renouveau d'Alpine à partir du savoir-faire des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs", précise le député. Il avait rappelé au ministre de l'Intérieur que "dans le temps, les Berlinettes, fleuron d'Alpine historique, étaient sur nos routes et permettaient aux gendarmes d'aller vite, d'aller sûrs, pour rattraper ceux qui faisaient des excès de grande vitesse".

C'est une vitrine d'excellence pour Alpine

Sébastien Jumel

sur franceinfo

Sébastien Jumel a ainsi proposé à Gérald Darmanin de saisir "l'opportunité" afin que la gendarmerie nationale "montre l'exemple en commandant une voiture fabriquée en France, à Dieppe. C'est chose faite. 26 véhicules vont être achetés à Alpine dans un premier temps et peut-être 34 dans un second temps." Rappelant qu'un prochain véhicule Alpine électrique serait affecté au site de Dieppe, avec "le doublement du nombre de salariés et 20 000 véhicules" en production, Sébastien Jumel souligne "le soutien" obtenu de Bruno Le Maire. Il a plaidé auprès du ministre de l'Économie qu'il était possible "de recouvrer la souveraineté industrielle à Dieppe à partir du savoir-faire des Dieppois".

"Faire la démonstration que, pour nos besoins de souveraineté nationale, privilégier le made in France dans le respect des marchés européens, cela me semble être une belle chose", ajoute Sébastien Jumel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.